Comment augmenter vos chances d’être comprise quand vous vous exprimez en anglais ?

Comment parler anglais de telle sorte que cela soit reconnu comme tel ?

Comment éviter à vos interlocuteurs de se poser trop de questions au sujet de votre message ?

Aujourd’hui, je vous donne 3 astuces pour y arriver.

1. Introduction

Bonjour ! Vous êtes sur Anglaisance, épisode n°138. Aujourd’hui, je vais vous confier 3 nouvelles astuces pour améliorer votre accent anglais.

2. Préambule

2.1. L’idée de la semaine

Si vous ne devez retenir qu’une seule idée cette semaine, ce serait celle que pour améliorer votre accent anglais vous pouvez :

1. prendre votre temps

2. utiliser votre bouche, votre gorge, vos dents, vos lèvres…

3. varier le volume.

2.2. Des nouvelles d’Anglaisance

Vous le savez, Anglaisance est un podcast hebdomadaire gratuit que vous trouvez chaque vendredi soir sur votre plateforme préférée, comme SoundCloud ou ApplePodcast, et bien entendu sur Anglaisance.com. Saviez-vous qu’en vous abonnant, vous pouviez le recevoir automatiquement, sans même avoir besoin d’y penser ?

Tous les mercredis, je publie également un court article sur Instagram, sur le compte anglaisancecoaching où là aussi, j’explore tout ce qui se passe dans les coulisses, à savoir notre tête, lorsque nous nous exprimons en anglais, qu’il s’agisse de mieux prononcer, de faire moins d’erreurs de grammaire, d’enrichir son vocabulaire, de mieux comprendre ou exprimer ses idées en anglais.

Les abonnés à Anglaisance reçoivent également un court message tous les lundi soirs pour allier le plaisir de l’anglais, à partir de proverbes ou de citations en anglais, à l’état d’esprit qui permet de progresser en anglais. Non seulement vous pouvez découvrir ou redécouvrir des phrases connues en anglais ainsi que leur traduction, mais vous pouvez aussi vous en servir comme pensées puissantes pour vous aider dans votre propre pratique de la langue. D’une pierre deux coups !

Pour vous abonner à cette pensée hebdomadaire, rien de plus simple : rendez-vous sur n’importe quelle page du site anglaisance.com. 2 lignes à remplir et vous ne manquerez plus aucun message, épisode ou atelier d’Anglaisance.

Enfin, si vous voulez encore plus d’astuces, je vous recommande la vidéo « les 3 erreurs qui ralentissent votre carrière en anglais ». Vous le savez, l’anglais est LA langue indispensable du commerce et des affaires. Si vous souffrez de votre niveau d’anglais au travail, cette courte vidéo est faite pour vous ! Retrouvez-la à la page des bonus sur Anglaisance.com.

Je crois que la générosité est contagieuse. Alors si vous avez envie de faire un cadeau, si vous savez que toutes ces ressources gratuites peuvent rendre service à quelqu’un, n’hésitez pas à les recommander.

Et bien entendu, si vous voulez aller plus loin et enfin débloquer votre anglais pour avoir la carrière que vous méritez, n’hésitez pas à me contacter. Pour cela, il vous suffit de me contacter directement sur . Je suis impatiente de faire votre connaissance et de vous rendre service !

3. Rappel de l’épisode précédent

Dans l’épisode précédent, le numéro 137, je vous ai confié 5 conseils pour améliorer votre prononciation anglaise, c’est-à-dire les sons qui posent problème aux francophones, à savoir le R, le H, le TH et le I.

1. Prendre conscience de la différence de prononciation en français et en anglais pour une même graphie en écoutant et observant ce qui se passe au niveau de votre bouche.

2. S’entraîner à imiter, tout en étant très attentive, encore une fois, à la position de la langue, des lèvres, etc.

3. Remarquer qu’une même lettre sera prononcée différemment selon sa place dans le mot anglais comme le R.

4. En faire plus que pas assez lorsqu’il s’agit d’expirer la lettre H.

5. Répéter le son seul puis dans des mots courts puis de plus en plus longs comme pour le TH.

Comme je crois fermement, je vous le disais, que la générosité est contagieuse, j’avais ajouté un 6e  conseil :

6. Utiliser les paires minimales (2 mots identiques à un son près) pour bien distinguer les sons les uns des autres.

Avez-vous essayé l’un ou plusieurs de ces conseils ? Que s’est-il passé ? Pourquoi ? N’hésitez  pas à me faire part de vos remarques sur .

4. Objectif de l’épisode

Aujourd’hui, nous allons explorer 3 nouvelles astuces pour améliorer son accent anglais.

5. Contenu

Si la semaine dernière, nous avons parlé des sons de l’anglais, aujourd’hui je voulais vous parler du rythme et de la mélodie de la langue anglaise à travers :

– l’accent de mot

– les mots accentués

– les formes faibles

– l’intonation

– et enfin, pour finir, les liaisons.

J’ai déjà évoqué ces sujets différemment dans l’épisode 54 que vous trouverez à la page 54 du site anglaisance.com. N’hésitez pas à l’écouter ou lire la transcription si vous voulez en savoir plus encore sur ces sujets-là.

5.1. L’accent de mot

Après les sons spécifiques à la langue, une 2e particularité de la langue orale anglaise, c’est ce qu’on appelle l’accent de mot. Je vous explique. Vous le savez, un mot, que ce soit en français ou en anglais, est composé de syllabes. Il se trouve qu’en français, nous accentuons les dernières syllabes des mots, sans même nous en rendre compte. Ce n’est pas le cas en anglais. Chaque mot a une syllabe accentuée et ce n’est pas forcément la dernière. Pas de panique : il y a des règles très logiques, ça n’est pas dû au hasard. Et puis, bonne nouvelle : cet accent de mot est fixe – il ne change pas de place. Une fois que vous savez que la syllabe accentuée de « American » est la 2e (« American »), vous n’avez plus besoin de vous poser la question. On parle d’une syllabe accentuée quand elle ressort, comme si elle était mise en relief par rapport aux autres syllabes : « American ».

A votre avis, quand je dis « chocolate », quelle est la syllabe accentuée, celle qu’on entend le plus distinctement par rapport aux autres ? Tic tac… Il s’agit de la 1ère. J’aime bien imaginer qu’on croque la 1ère syllabe, comme on plante ses dents dans un carré de chocolat, puis qu’on avale tout le carré, c’est-à-dire les autres syllabes.

D’ailleurs, entendez-vous la différence entre les syllabes accentuées en français et en anglais ? « American » – Américain

« Chocolate » – chocolat

Pourquoi ?

Il est important de bien prononcer la bonne syllabe accentuée parce que si on se trompe d’accent de mot, on ne vous comprend pas. C’est même, aussi surprenant que cela puisse paraître, plus important que de bien prononcer les sons propres à l’anglais.

Comment l’améliorer ?

Pour prendre l’habitude de bien insister sur les syllabes accentuées, prenez votre temps pour articuler: « unfortunately, conversation, apparently, understandably. » C’est la 1ère astuce que je vous confie aujourd’hui. Prenez. Votre. Temps.

Et ne prenez pas juste votre temps pour les syllabes accentuées mais pour tout ce que vous pouvez dire en anglais. Non seulement vous améliorerez ainsi la clarté de votre message mais aussi vous permettrez à votre public de

– rester intéressé et concentré

– et reconstruire ce qu’il n’aurait peut-être pas compris instantanément, afin de vous « rattraper »

Sans compter le fait que, de votre côté, vous aurez alors le temps de bien placer votre bouche correctement pour chaque son, si vous ne vous précipitez pas.

5.2. Les mots accentués

On vient de le voir, l’accent de mot est LA syllabe accentuée, en relief, dans un mot. On va aussi parler de l’accent de phrase. Cette fois-ci, il s’agit des mots qu’on entend le mieux, le plus distinctement, dans les phrases en anglais. C’est ce qui donne ce rythme si particulier, si mélodieux, à la langue anglaise.

Là encore, pas de souci, il y a des règles et très simples mêmes : les mots les plus importants, et c’est logique, sont les mots qu’on entendra le mieux. Il s’agira donc des mots lexicaux, qui apportent du sens à la phrase. Sans eux, la phrase n’aurait pas de sens : c’est donc logique qu’on les distingue. En revanche, tous les mots grammaticaux, comme les « a, to » peuvent être considérés comme la colle de la phrase. Ils restent importants, sinon ils disparaitraient. Mais ils n’ont pas la même importance que les mots lexicaux. C’est comme si, dans un mur, on avait les briques (les mots lexicaux) qu’on voyait très nettement, et le mortier (les mots grammaticaux), présent mais moins visible. Qu’en pensez-vous ?

Comment améliorer votre accent de phrase ? Vous pouvez utiliser les merveilleuses ressources en ligne, à savoir tous ces sites où on trouve à la fois de l’écrit et de l’oral en anglais, comme les podcasts dont vous trouvez les transcriptions, les conférences TedEx, ou bien les vidéos sous-titrées… Concentrez-vous sur un énoncé et observez-le attentivement : quels sont les mots accentués ? Notez-les. Et puis répétez la phrase en faisant attention à bien reproduire ce schéma. Cela signifie, et c’est la 2e astuce, qu’il faut utiliser tout dans votre bouche, de votre langue à vos lèvres, ainsi que votre gorge, pour articuler très distinctement ces mots-là en particulier. Et pourquoi ne pas vous entraîner devant un miroir pour vous assurer que vous ouvrez correctement la bouche ? Et pourquoi ne pas exagérer aussi, comme nous l’avons vu la semaine dernière pour le son H ?

5.3. Les formes faibles

Cela veut dire qu’il faut aussi apprendre à utiliser ce qu’on appelle les formes faibles. Cela signifie que lorsqu’un mot n’est pas parmi les plus importants dans la phrase, on ne le prononce pas aussi « clairement » que si on insistait sur ce mot par opposition à un autre.

D’ailleurs, les anglophones n’ont pas l’exclusivité. On ne prononce que très rarement « je ne sais pas » en articulant bien toutes les syllabes, en français. Même chose en anglais : dans l’énoncé « I gave her a box of chocolates for her birthday ». Si on prononce clairement, distinctement “I gave (…) box (…) chocolates (…) birthday. », les termes « her, a, of, for her » sont au contraire dits bien plus rapidement, moins clairement.   

Comment l’améliorer ?

Entraînez-vous en regardant la vidéo d’Oxford Online English dont je vous mets le lien à la page 138 d’Anglaisance.com. https://www.youtube.com/watch?v=31-xVBwGNDY

Soulignez les mots accentués et faites tout particulièrement attention aux formes faibles, ou « weak forms ». En répétant l’énoncé, accentuez le contraste entre les syllabes accentuées et les syllabes inaccentuées. Cela signifie que vous devez prononcer rapidement les formes faibles et prendre le temps sur les formes fortes. Encore une fois, donc : prenez votre temps. C’était, je vous le rappelle, la 1ère astuce.

5.4 L’intonation

Passons au 4e point : l’intonation. L’intonation, c’est la mélodie de la phrase, sa musique. Il y en a 2 principales : montante et descendante. Faites-vous la différence entre ces 2 musiques, peu importe le message ? « Nice to meet you. » « Have you finished ? » Lorsque je dis «Nice to meet you. » l’intonation descend en fin d’énoncé, c’est-à-dire sur la dernière syllabe. En revanche, quand je dis « Have you finished ? », l’intonation monte, encore une fois sur la dernière syllabe.

Pourquoi ?

L’intonation indique l’intention du locuteur : si le locuteur n’a pas fini sa phrase ou s’il attend une information, l’intonation monte. Si elle est finie, l’intonation descend.

Comment l’améliorer ?

Comme pour les éléments précédents, il s’agit d’observer puis d’imiter. Pour cela, pas forcément besoin de parler à voix haute. Vous pouvez très bien murmurer. Et puisqu’ici, c’est la mélodie qui compte plus que tout, pas besoin même de dire quoi que ce soit. Il vous suffit de fredonner, chantonner, ce qu’on appelle « humming » en anglais. Les 2 énoncés deviennent alors : « Nice to meet you. » « Have you finished ? » 

Voici donc la 3e astuce : variez le volume. Murmurez pour vous entraîner, afin de vous approprier la musique de l’anglais. Puis montez le son, surtout en présence d’un interlocuteur. Si votre interlocuteur vous entend bien, il vous comprendra bien. Pourtant, beaucoup d’entre vous préfèrent parler tout bas, se disant qu’alors, ils minimisent l’impact de leurs erreurs de grammaire, vocabulaire ou prononciation. Mais alors, ils diminuent les chances d’être compris tout court, avec ou sans erreurs, qu’elles gênent la compréhension du message ou pas. Donc, 3e astuce : baissez le volume en solitaire, augmentez-le dans vos conversations.

5.5. Les liaisons

Pour finir, comme en français, on trouve des liaisons en anglais. Il s’agit de relier la fin d’un mot au début d’un autre : « as smoothly, as anyone, planned everything, could expect, it all »…

Comment l’améliorer ?

Là encore, concentrez-vous sur un énoncé et un seul pour observer en écoutant attentivement. Notez les liaisons à l’aide d’un signe entre 2 mots et reproduisez-les jusqu’à ce que votre imitation ressemble de plus en plus à la version originale. Et puis recommencez, à raison d’un énoncé par jour, pourquoi pas ?  

6. Mission

A vous de jouer ! Rendez-vous sur l’une des nombreuses ressources à votre disposition en ligne, les sites réservés aux étudiants de l’anglais en tapant ESL pour « English as a Second Language » (anglais langue étrangère) dans votre moteur de recherche. Ensuite, il n’y a véritablement que 2 étapes :

1. observer (en écoutant et en comparant les sons à la graphie)

2. imiter (si possible en vous enregistrant pour pouvoir là aussi comparer)

Je vous rappelle les 3 astuces d’aujourd’hui dont vous pouvez tenir compte lorsque vous pratiquez :

1. prenez votre temps

2. articulez en faisant bouger votre bouche, votre langue, vos lèvres.

3. variez le volume : murmurez toute seule et parlez plus fort lors de vos conversations.

Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à me contacter sur . Merci d’avance !

7. Annonce du prochain épisode

Lors du prochain épisode, le numéro 139, je vous réserve une surprise. Donc, je ne vous en dis pas plus, si ce n’est que ça va être exceptionnel !  

8. Salutations

« See you next week-end ! Bye ! »

Vous souhaitez recevoir la pensée hebdomadaire d’Anglaisance ainsi que les notifications pour le podcast et les ateliers ?

Inscrivez-vous ci-dessous:

">

Anglaisance sur Facebook

Anglaisance sur LinkedIn

https://www.instagram.com/anglaisancecoaching