La langue anglaise est très différente de la langue française à l’oral. Aujourd’hui, je partage 5 conseils pour que vous puissiez améliorer votre accent anglais.

1. Introduction

Bonjour ! Vous êtes sur Anglaisance, épisode n°137. Aujourd’hui, je vais vous proposer 5 conseils pour améliorer votre accent anglais.

2. Préambule

2.1. L’idée de la semaine

Si vous ne devez retenir qu’une seule idée cette semaine, ce serait celle que dans une langue, à l’oral comme à l’écrit, il y a des caractéristiques et des règles à respecter pour être compréhensible et crédible. Comme pour tout, cela s’apprend.

2.2. Des nouvelles d’Anglaisance

Merci à tous ceux qui m’ont contactée sur , Facebook ou Instagram avec le compte Anglaisance Coaching. Je suis ravie que l’épisode précédent vous ait plu, que vous vous soyez reconnus dans ce portrait de personnes qui angoissent, malheureusement fréquemment, avant de parler en anglais, que ce soit au cours d’un entretien, d’une réunion ou d’une présentation.

3. Rappel de l’épisode précédent

En effet, dans l’épisode de la semaine dernière, le numéro 136, nous avons parlé des différences entre l’anglais écrit et l’anglais oral, c’est-à-dire les raisons pour lesquelles la majorité d’entre vous est plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral en anglais. A la fin ce cet épisode, je vous proposais de tout simplement pratiquer l’anglais oral 3 minutes par jour, tous les jours.

Avez-vous commencé à le faire ?

Pourquoi ?

Quel est l’impact de cette action sur votre niveau d’anglais et de confiance en vous ?

J’ai pensé à quelque chose, un nouveau petit défi pour vous : je vous propose, jusqu’au vendredi 26 juin 2020, de me faire parvenir, si vous le souhaitez, l’un de vos enregistrements de 3 minutes maximum, de telle sorte que je puisse vous faire quelques recommandations quant à votre pratique de l’anglais. Si vous voulez que je vous donne quelques conseils, vous savez où me trouver : . Il vous suffit donc de m’envoyer un fichier mp3 d’une durée maximum de 3 minutes où, après vous êtes présentée en disant tout simplement votre prénom et votre nom, vous parlez en anglais du sujet qui vous inspire : l’actualité, vous-même, vos rêves les plus fous, votre famille… Laissez libre cours à votre imagination ! Faites-vous plaisir, en anglais.

Donc, c’est tout simple :

1. enregistrez-vous en anglais et en mp3 sur une application dans votre téléphone après avoir dit votre prénom et votre nom,

2. renommez votre fichier également avec votre prénom et votre nom, afin que je ne mélange pas tous les fichiers,

3. puis envoyez-moi un lien vers votre fichier qui restera dans votre dropbox ou votre cloud.

Ca vous dit ? Je me doute que ça ne doit pas être évident pour vous de participer, que vous hésitez peut-être. Ca se comprend. Quand on n’a pas confiance en soi, c’est normal de craindre le jugement des autres, même si on les sait bien intentionnés. C’est parfaitement humain aussi d’avoir peur du ridicule. Mais ça ne veut pas dire que vous allez être l’objet de moqueries. Ca ne veut pas dire qu’il y ait quoi que ce soit de risible dans votre façon de vous exprimer en anglais. Vous en doutez ? Et bien, justement, laissez-moi en juger ! Envoyez-moi votre fichier mp3 de 3 minutes maximum avant le vendredi 26 juin. Ca me permettra de mieux vous aider parce que je vais forcément avoir des idées pour vous rendre service pour de prochains épisodes. Je suis impatiente de vous écouter ! A vos enregistreurs ! 

4. Objectif de l’épisode

Aujourd’hui, justement, nous allons parler de l’oral à nouveau et nous allons explorer 5 conseils pour améliorer votre accent.  

5. Contenu

5.1. Sources

J’ai eu l’idée de créer cet épisode suite à ma rencontre avec une orthophoniste américaine, Annie Ruden, du site PronunciationPro, qui permet aux anglophones non-natifs de travailler leur accent afin qu’il se rapproche le plus possible d’un accent américain.

https://www.pronunciationpro.com/

L’idée m’a beaucoup plu et j’ai aussitôt cherché l’équivalent britannique. Je l’ai trouvé : il s’appelle Luke et il est le créateur de Improve Your Accent. Vous trouverez les liens vers leurs sites à la page 137 du site Anglaisance.com.

J’ai donc basé cet épisode sur les ressources gratuites que ces 2 sites mettent à notre disposition ainsi que le site OxfordOnlineEnglish qui propose quelques cours gratuits (en anglais) sur la prononciation de l’anglais.

https://www.oxfordonlineenglish.com/free-english-pronunciation-lessons

Et puis bien sûr, cela fait partie des formations que les étudiants en anglais reçoivent à l’université, donc j’ai pu consulter tous les ouvrages de phonétique que j’ai à ma disposition dans ma propre bibliothèque. Je n’invente donc rien, je me contente de partager : toutes ces informations sont disponibles dans de nombreux ouvrages fabuleux. Il n’y a plus qu’à les ouvrir et surtout : pratiquer. C’est d’ailleurs ce que j’aide mes clients à faire.

5.2. Raison

Mais pourquoi vouloir améliorer son accent lorsqu’on parle anglais ? Il y a plusieurs raisons à ça.

– Ca peut être tout simplement parce qu’on trouve ça plus joli, comme moi,

– ou parce que c’est un défi et que c’est toujours amusant de se surpasser et se surprendre

– ou parce qu’on aime s’approcher au plus près d’un modèle parce qu’on aime les choses bien faites et authentiques.

– Ca peut être pour être crédible aux yeux des interlocuteurs, parce que vous craignez qu’on vous demande de répéter.

– Et puis ça peut être tout simplement pour être compréhensible, parce que vous en avez assez qu’on vous demande de répéter.

Qu’en est-il pour vous ? Voulez-vous améliorer votre accent lorsque vous parlez anglais ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

5.3. Comment

Si c’est votre cas, il est indispensable de faire un petit état des lieux et de noter ce qui pose problème lorsque vous vous exprimez en anglais à l’oral. Et quand je parle d’oral, je parle en fait de 6 aspects différents de l’oral, à savoir :

1. les sons

2. l’accent de mot

3. les mots accentués

4. les formes faibles

5. l’intonation

6. les liaisons

Ce sont les 6 composants de la langue anglaise à l’oral. Je vais vous expliquer. 

5.4. Les sons

Commençons par les sons dans cet épisode.

Je ne vous apprends rien : tous les sons du français ne se retrouvent pas en anglais et vice-versa sinon les francophones n’auraient aucun problème à ce niveau-là. Certains sons sont propres à la langue anglaise et présentent donc des difficultés aux francophones.

Alors, quels sons posent problème aux Français ? Comme le français, l’anglais sépare les sons vocaliques, les voyelles, et les sons consonantiques, les consonnes, même si ça n’est pas exactement la même chose. Et certains de ces sons posent particulièrement problème aux francophones, à savoir :

1. la consonne R

2. la consonne H

3. le son consonantique correspondant à la graphie TH

4. le son vocalique I qui, en fait, correspond à 2 sons distincts en anglais.

Pourquoi ?

Encore une fois, il est important de bien prononcer ces sons si vous voulez être compréhensible et crédible. Ca veut dire aussi tout simplement apprendre à bien utiliser son appareil phonatoire et par là, je veux dire tout simplement : sa bouche, ses lèvres, sa langue…

5.4.1. La consonne R

Par exemple, le R français est différent du R à l’anglaise. En français, le R est produit en soulevant l’arrière de la langue. Mais en anglais, pour la même lettre écrite, c’est le bout de la langue qui s’enroule sans toucher le palais. N’hésitez pas à réécouter cette description ou tout simplement à la lire à la page 137 du site anglaisance.com puis à vous entraîner :

– prononcez un R français et observez ce qui se passe dans votre bouche, c’est-à-dire la position de votre langue.

– même chose lorsque vous prononcez un R anglais : que fait alors votre langue ?

Toutefois, la description que je viens de vous donner ne correspond pas à tous les R écrits, mais seulement à ceux qui précèdent un son vocalique, une voyelle, comme « really, tree, carry. » L’entendez-vous ? Saurez-vous reproduire ces R ? N’hésitez pas à vous rendre sur le site WordReference, à taper ces 3 mots (« really, tree, carry »), à sélectionner l’accent que vous voulez imiter et à les écouter et les reproduire autant de fois que vous le souhaitez.

En revanche, lorsque le R n’est pas suivi d’un son vocalique, alors le son n’a rien à voir. A vrai dire, on ne l’entend pas dans « car, learn, here ». L’arrière de la langue, dans ces cas-là, reste dans la partie inférieure de la bouche.

5.4.2. La consonne H

Le 2e son qui pose problème aux francophones, c’est le H. D’ailleurs, je vous renvoie à cette publicité cruelle où 2 recruteurs d’une « very big company » se moquent d’un candidat francophone, Jean-François Charles, en comptant les S et les H qu’il oublie. Vous trouverez le lien vers cette publicité à la page de l’épisode 137 sur Anglaisance.com

Nous sommes donc connus pour cette particularité ! Et ça ne pose aucun souci, si ce n’est que, peut-être, vous préférez éviter qu’on vous tourne en ridicule et qu’on vous prenne au sérieux.

C’est important de bien prononcer les H car un mot change totalement de sens si on se trompe sur un seul son. Il y a quelques jours, j’ai eu une discussion avec une cliente potentielle qui me disait que j’étais « eye-level. » La conversation se déroulait par téléphone, je ne voyais pas bien pourquoi elle me disait que j’étais « au niveau des yeux, à la hauteur des yeux. » Et puis, heureusement, comme on le fait souvent, elle a reformulé immédiatement, c’est-à-dire qu’elle a précisé sa pensée avec d’autres mots et là j’ai compris qu’elle décrivait mon programme comme « high-level » c’est-à-dire de haut niveau, avancé, ce qui signifiait pour elle qu’il ne s’agissait pas d’un simple cours d’anglais, ce en quoi je suis tout à fait d’accord. Avec Anglaisance, on va bien au-delà de la simple langue anglaise. On travaille tout ce qui se passe en coulisse et c’est infiniment plus approfondi et plus précieux qu’un simple cours d’anglais. D’ailleurs, ça ne se trouve pas partout non plus. Donc, oui, elle voulait dire « high-level » mais elle prononçait « eye-level » et je n’ai pas compris tout de suite, à cause de ce H non prononcé.

Alors, comment faire ? Il s’agit tout simplement de bien prononcer les H, tous les H (ou presque, je vais y revenir) en anglais, en insistant beaucoup, comme si vous expiriez longuement, comme si vous poussiez un gros soupir, dans « home, how, head » par exemple (vous retrouverez ces mots ainsi que tous les autres exemples sur le site Anglaisance.com à la page consacrée à l’épisode 137)

En revanche, attention à ne pas ajouter de H quand ce n’est pas nécessaire. Lorsqu’on ajoute des H un peu partout tellement on a peur de les oublier, ça s’appelle compenser… et ça n’est pas nécessaire, même si c’est normal aussi lorsqu’on apprend. Ca fait partie du voyage : on n’en met pas assez, on en met trop et enfin, on trouve le juste milieu. On les met là où il faut. C’est comme de tourner le robinet un peu à gauche, un peu à droite avant de trouver la bonne température, ni trop chaude ni trop froide.

Attention toutefois, 4 mots en anglais commencent par des H qu’on ignore, c’est-à-dire qu’on ne prononce pas comme un gros soupir. On a de la chance, il n’y en a que 4 : « hour, honour, honest » et « heir » (= héritier).

5.4.3. Le son consonantique TH

Il va de soi que le 3e son qui pose problème aux francophones est le fameux son TH. Saviez-vous qu’en fait, à une seule graphie, TH, correspondait 2 sons ? Ecoutez bien : quand je prononce « thin » ou « mother », entendez-vous la même chose ? « Thin », « mother » ?

Dans les 2 cas, le bout de la langue touche les dents supérieures.

Mais dans le 1er cas, « thin », il est situé à l’arrière des dents du haut : « thin ».

Dans le 2e cas en revanche, « mother », le bout de la langue dépasse de la bouche : il est collé au bas des dents supérieures.

Pour apprendre à le prononcer, voici plusieurs propositions. Vous pouvez commencer par répéter le son seul, donc soit « th » comme dans « thin », soit « th » comme dans « mother ». Puis vous pouvez répéter à partir d’un mot court comme « this » ou « that ».

Vous pouvez avoir recours à ce qu’on appelle les paires minimales, c’est-à-dire des mots identiques, à un son près. C’est très pratique pour justement différencier ces sons différents, soit pour mieux les comprendre, soit pour mieux les reproduire. Si vous vous rappelez de l’exemple « eye-level » / « high-level », c’est également une paire minimale.

A vous de jouer ! Différenciez-vous :  

– tin-thin

– den-then

– fin-thin

– van-than

N’hésitez pas à réécouter ces mots à partir d’un dictionnaire en ligne comme WordReference et de les imiter autant de fois que nécessaire, tranquillement, à votre rythme. Cela vous permettra aussi de remarquer les différences dans votre bouche pour chacune de ces paires minimales.

5.4.4. Le son vocalique I

Pour en finir avec les sons de l’anglais, je vous propose de faire attention à la graphie I qui est trompeuse pour nous les francophones. Comme pour le TH, elle correspond en fait à 2 sons distincts que là non plus on ne retrouve pas dans la langue française.

En anglais, on distingue ce qu’on peut appeler le I long comme dans « sheep » du I court comme dans « ship » (là encore une paire minimale), le I court étant en fait plus près de notre son è comme dans Nadège par exemple. Dans le cas du I long, la langue sera plus tendue.

Voici d’autres paires minimales :

– seat-sit

– feel-fit

– beat-bit

Pour davantage de paires minimales autour d’autres sons de la langue anglaise, n’hésitez pas à vous rendre à la page réservée à l’épisode 54 sur le site Anglaisance.com, intitulé « Comment améliorer sa prononciation anglaise ».

6. Mission

A vous de jouer ! Rendez-vous sur l’une des nombreuses ressources à votre disposition en ligne, que ce soit un dictionnaire comme WordReference ou autre. Ensuite, il n’y a véritablement que 2 étapes :

1. observer (en écoutant et en comparant les sons à la graphie)

2. imiter (si possible en vous enregistrant pour pouvoir là aussi comparer)

Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à me contacter sur . Merci d’avance !

7. Annonce du prochain épisode

Lors du prochain épisode, le numéro 138, nous évoquerons les autres particularités de la langue orale anglaise à savoir l’accent de mot, l’accent de phrase, les formes faibles, l’intonation et les liaisons. Là aussi il s’agit de composants indispensables pour parler un anglais authentique, clair et convaincant.

8. Salutations

« See you next week-end ! Bye ! »

Vous souhaitez recevoir la pensée hebdomadaire d’Anglaisance ainsi que les notifications pour le podcast et les ateliers ?

Inscrivez-vous ci-dessous:

">

Anglaisance sur Facebook

Anglaisance sur LinkedIn

https://www.instagram.com/anglaisancecoaching