La confiance en soi est la récompense d’un plus ou moins long voyage, prenant naissance avec le contrat et passant, inéluctablement, par le courage et la compétence. Le saviez-vous ?

1. Introduction

Bonjour ! Vous êtes sur Anglaisance, épisode n°127. Aujourd’hui, nous allons parler des 4 étapes pour prendre confiance en soi.

2. Préambule

2.1. L’idée de la semaine

Si vous ne devez retenir qu’une seule idée cette semaine, ce serait celle que la confiance en soi est comme l’aboutissement d’un voyage, le point final d’un parcours. Ca se construit petit à petit et il y a des passages obligés.

2.2. Des nouvelles d’Anglaisance

2.2.1. Le bonus « 3 erreurs qui ralentissent votre carrière en anglais »

Quelques nouvelles d’anglaisance pour commencer.

Avez-vous profité du nouveau bonus sur le site Anglaisance.com ? Il s’intitule « 3 erreurs qui ralentissent votre carrière en anglais ». Je vous invite à le télécharger et surtout, à ne plus répéter ces 3 erreurs. Il s’agit de 3 erreurs communes que font toutes les clientes qui me rejoignent.

Dès ces 3 erreurs dépassées, leur communication en anglais s’améliore et leur carrière décolle.

Ce qui signifie plus d’opportunités, plus de liberté, plus de possibilités.

La première erreur explique pourquoi elles ne se sentent jamais à la hauteur, quels que soient les cours d’anglais qu’elles suivent, le temps qu’elles y passent, l’argent et l’énergie qu’elles dépensent…

Pourquoi elles se sont toujours senties incapables de progresser.

Pourtant, cette erreur est très facile à régler.

La deuxième erreur est trop souvent négligée par les cadres ambitieuses qui ne comprennent pas pourquoi elles n’obtiennent pas de résultats.

Alors qu’il suffit d’une toute petite modification pour qu’elles puissent apprécier des améliorations significatives dans leur communication en anglais.

La troisième erreur consiste à prendre pour une faiblesse ce qui est en fait une force.

C’est bel et bien l’erreur à ne pas faire.

Toutefois, dès que mes clientes le comprennent, c’est LA phase qui leur permet de progresser sur tous les plans à pas de géantes.

Si vous aussi vous souhaitez identifier ces 3 erreurs afin de ne plus les commettre et ainsi d’accélérer votre carrière en anglais, rendez-vous sur l’onglet « bonus » de la page Anglaisance.com et simplifiez-vous la vie, facilitez-vous la vie en regardant cette vidéo et en appliquant les 3 conseils que je partage avec vous.

2.2.2. Atelier « Ne vous laissez plus déborder »

Par ailleurs, le samedi 11 avril, je vous propose un atelier gratuit, en ligne, de 10h à 11h sur le site de vidéo-conférence Zoom. Vous vous sentez débordée avec les enfants en vacances mais le télétravail qui continue pour vous?

Rejoignez-moi le samedi 11 avril de 10hà 11h pour un atelier gratuit et en ligne où vous allez gagner en clarté, productivité et sérénité pendant le confinement ET au-delà, pour toujours.

 C’est fou ce qu’une petite heure peut changer dans votre vie et celles de votre entourage !

Pour participer, rien de plus simple :

– inscrivez-vous en bas de n’importe quelle page du site Anglaisance.com pour pouvoir recevoir les détails de l’atelier vendredi 10 à 18h et samedi 11 à 9h45 (et bien sûr vous pourrez vous désinscrire à tout moment)

– téléchargez l’application gratuite de visio-conférence Zoom sur votre téléphone, tablette ou ordinateur (en 2 minutes top chrono : même mes parents de 70 ans l’ont fait et ont aussitôt été conquis)

– cliquez sur le lien fourni à l’heure de l’atelier, soit samedi 11 avril à 10h.

Je suis impatiente de vous voir ! Un atelier en ligne signifie que vous pourrez participer en écrivant dans la boîte de dialogue Questions et Réponses. Je serai la seule à apparaître à l’écran.

D’ici samedi, je vous propose de me contacter sur pour me faire part de tout ce qui vous fait vous sentir débordée actuellement.
Si vous ne pouvez pas rejoindre l’atelier samedi, pas de souci: j’enverrai l’enregistrement à tous les inscrits dans les heures qui suivront.

3. Rappel de l’épisode précédent

Dans l’épisode précédent, le numéro 126, nous avons parlé du pouvoir de la confiance en soi avec ma collègue américaine Annique Sampson. Avez-vous compris ce qu’elle vous disait en anglais dans l’épisode précédent ? Qu’en avez-vous pensé ?

Avez-vous ajouté ces 3 ingrédients dont elle parle dans votre vie, depuis la semaine dernière ? Je vous les rappelle :

1. La confiance que vous allez faire ce que vous avez dit que vous feriez.

2. La volonté de ressentir n’importe quelle émotion.

3. Le pouvoir de compter sur soi quoi qu’il arrive.

Alors :

1. êtes-vous certaine que vous allez faire ce que vous avez prévu ?

2. êtes-vous prête à ressentir toutes les émotions, y compris l’humiliation, le doute, la gêne… ?

3. savez-vous que vous ne vous critiquerez d’aucune manière quoi que vous fassiez ?

Si l’une ou plusieurs de ces étapes vous paraissent encore difficiles, n’hésitez pas à me contacter sur . Je vous rappelle que vous pouvez faire partie des 3 chanceuses à bénéficier d’une séance de découverte gratuite du coaching par semaine. Profitez-en, ça change la vie !

4. Objectif de l’épisode

Aujourd’hui, nous allons explorer la pensée de Dan Sullivan, auteur de l’ouvrage les 4 C. Vous trouverez sur le site Anglaisance.com, à la page 127 de l’épisode « 4 étapes pour prendre confiance en soi », une vidéo de cet auteur expliquant la démarche.

5. Contenu

5.1. La confiance en soi

Beaucoup pensent qu’il faut attendre de se sentir confiante pour agir :

– je m’exprimerai en anglais quand je me sentirai confiante,

– j’animerai une réunion en anglais lorsque je serai sûre de moi,

– j’appellerai ma collègue néo-zélandaise quand je n’hésiterai plus, quand je ne douterai plus de mes capacités en anglais.

Le problème dans cette logique est qu’on attend que la confiance en soi apparaisse, comme si on allumait une lampe, comme si on avait enfin trouvé le bouton de l’interrupteur. Alors qu’en fait, la confiance est la récompense, la dernière étape d’un parcours, d’un voyage. On ne l’emporte pas avec soi en voyage, mais on l’obtient à la fin du trajet. C’est le cadeau souvenir.

5.2. La compétence

On peut se dire alors qu’on agira quand on aura la compétence, la capacité de faire ce qu’on veut faire. Par exemple :

– je m’exprimerai en anglais quand je saurai le faire,

– j’animerai une réunion en anglais lorsque j’aurai toutes les compétences à mon actif,

– j’appellerai ma collègue néo-zélandaise quand je saurai exactement quoi dire en anglais.

Et c’est vrai qu’on devient confiante parce qu’on est d’abord compétente mais ça n’est pas la 1ère étape. C’est en fait la 3e.

Il y a donc 2 autres étapes avant d’atteindre la compétence et la confiance.

5.3. Le contrat

La toute 1ère étape, le 1er C, est le contrat, « commitment » en anglais, c’est-à-dire cette idée qu’on s’engage avec soi-même et comme Dan Sullivan parle des 4 Cs, je l’ai traduit par contrat. En effet, il faut d’abord s’engager, décider sans faillir qu’on va avancer, progresser, atteindre un objectif dans sa vie avant de devenir capable et confiante.

Par exemple :

– je tiens absolument à m’exprimer en anglais,

– je ne veux qu’une chose : animer la prochaine réunion en anglais

– j’insiste pour appeler ma collègue néo-zélandaise et lui parler exclusivement en anglais.

Nous en reparlerons mais le contrat, c’est comme de s’engager avec une et une seule personne lorsqu’on se marie. C’est une exclusivité, une intention très forte. D’où la question : pourquoi ? Pourquoi tenez-vous à faire cela ?

5.4. Le courage

Quand vous pensez à vous engager, par exemple avec un partenaire, une entreprise, un poste, comment vous sentez-vous ? Il est fort possible, car normal et parfaitement humain, que vous ayez peur.

Or, le 2e C que Dan Sullivan préconise, cette 2e étape indispensable au voyage est le courage. On a beau admirer le courage chez les autres, dans les héroïnes de nos films, on n’aime pas trop ressentir le courage nous-mêmes.

En revanche, la confiance est une émotion très plaisante. Le côté désagréable du courage vient du fait qu’on s’est engagé à atteindre un objectif mais on n’a pas encore de preuves de notre compétence et de notre confiance. On ne sait pas encore si on va réussir ou pas.

Par exemple :

– je ne sais pas si je peux vraiment m’exprimer en anglais,

– je ne suis pas encore sûre d’être capable d’animer la prochaine réunion en anglais – je ne l’ai jamais fait,

– je doute de pouvoir appeler ma collègue néo-zélandaise et lui parler exclusivement en anglais.

5.5. Solution

Alors plutôt que de se concentrer sur le futur et cet objectif à atteindre, on peut se reporter au passé, quand on est déjà passé par ces 4 étapes. La période du courage peut être plus ou moins longue, entre quelques secondes et plusieurs mois.

Je me souviens qu’en janvier dernier, j’ai pris mon courage à 2 mains pour contacter toute ma liste d’abonnées à la pensée hebdomadaire d’Anglaisance, personne par personne, un courriel personnalisé à la fois. Au début, pour envoyer 2 messages par jour, il me fallait me coacher pendant une demi-heure chaque jour. A la fin, 15 jours plus tard, je ne me coachais plus du tout : je le faisais, c’est tout. J’étais passée à la compétence et à la confiance. Cette période de courage avait duré bien moins longtemps que je ne le croyais. Non seulement j’avais réduit le temps qu’envoyer des messages me prenait, mais j’avais largement augmenté, démultiplié, le nombre de courriels que j’envoyais chaque jour.

Je sais aujourd’hui que j’ai cette capacité, cette confiance en moi parce qu’en janvier dernier, je me suis engagée à proposer mon aide à mes abonnées, même si ça voulait dire avoir peur de leur réaction. Et au final, la peur qui me paralysait auparavant n’avait pas lieu d’être. Rien de terrible n’est arrivé. J’ai survécu… et mes abonnées aussi !

Il est donc inévitable de passer par ces 3 premières étapes pour atteindre la 4e. Chaque progrès que vous réalisez est donc le résultat de ces 4 émotions : contrat, courage, compétence, confiance. Et si vous voulez progresser encore et encore, c’est toujours le même processus : il faut en passer par les 4 émotions pour avancer, encore et encore.  

Plus vous répéterez ce processus, plus vous maîtriserez votre niveau d’anglais, votre vie… A chaque nouvelle entreprise, vous repasserez par ces 4 étapes.  

Alors, qu’en pensez-vous ? Etes-vous prête à vous investir dans un contrat avec vous-même ? A passer par le courage, la compétence, la confiance ?

Qu’est-ce qui vous plaît dans cette idée ? Et pourquoi ?

Qu’est-ce qui, au contraire, vous déplaît ? Et pourquoi ?

6. Mission

A vous !

Souvenez-vous de votre dernier exploit en anglais, quel qu’il soit. S’agissait-il de prononcer un mot avec un accent américain, de vous adresser à un fournisseur canadien, d’utiliser un nouveau terme en anglais ?

Quel que soit cet exploit, remémorez-vous votre trajet :

– que vous êtes-vous dit pour vous sentir engagée, pour signer ce contrat imaginaire avec vous-même et accomplir ce que vous vous étiez promis d’accomplir ?

– que pensiez-vous pour agir avec courage, la 1ère fois que vous l’avez fait ?

– comment la compétence vous est-elle venue ? Qu’avez-vous choisi de penser pour vous sentir de plus en plus compétente?

– enfin, que vous dites-vous au sujet de cette compétence, maintenant que vous avez confiance en vous ?

7. Annonce du prochain épisode

Lors du prochain épisode, le numéro 128, nous évoquerons cette toute première étape, le contrat, avant de parler du courage dans l’épisode 129 et de la compétence dans le numéro 130.

8. Salutations

« See you next week-end ! Bye ! »

Vous souhaitez recevoir la pensée hebdomadaire d’Anglaisance ainsi que les notifications pour le podcast et les ateliers ?

Inscrivez-vous ci-dessous: