Comment s’engager, dans une sorte de contrat avec soi-même, pour ensuite se diriger vers la confiance en soi ?

1. Introduction

Bonjour ! Vous êtes sur Anglaisance, épisode n°128. Aujourd’hui, nous allons parler du contrat avec soi-même.

2. Préambule

2.1. L’idée de la semaine

Si vous ne devez retenir qu’une seule idée cette semaine, ce serait celle que l’engagement est une émotion qui nous permet de tout faire pour obtenir le résultat souhaité, par exemple le niveau d’anglais adéquat pour réussir un entretien d’embauche et être recrutée. C’est donc une émotion essentielle que nous pouvons générer à volonté !

2.2. Des nouvelles d’Anglaisance

Pour commencer, sachez que le samedi 25 avril, je vous propose un atelier gratuit, comme toujours, en ligne, forcément, de 10h à 11h sur le site de vidéo-conférence Zoom.

Vous en avez assez de vous laisser distraire par vos enfants pour un oui ou un non, par les nombreuses notifications de courriels, de réseaux sociaux divers, par l’appel du frigo ou du cellier, par les coups de fil, les nouveautés sur Netflix… alors que le télétravail continue pour vous et que vous souhaiteriez tant être productive ?

Rejoignez-moi le samedi 25 avril de 10hà 11h pour un atelier gratuit et en ligne où vous allez gagner en clarté, productivité, sérénité et en efficacité pendant le confinement ET au-delà, pour toujours.

C’est fou ce qu’une petite heure peut changer dans votre vie et celle de votre entourage !

Pour participer, rien de plus simple :

– inscrivez-vous en bas de n’importe quelle page du site Anglaisance.com pour pouvoir recevoir les détails de l’atelier le vendredi à 18h et le samedi à 9h45 (et bien sûr vous pourrez vous désinscrire à tout moment)

– téléchargez l’application gratuite de visio-conférence Zoom sur votre téléphone, tablette ou ordinateur (en 2 minutes top chrono : même mes parents de 70 ans l’ont fait et ont aussitôt été conquis)

– cliquez sur le lien fourni à l’heure de l’atelier, soit samedi 25 avril à 10h.

Je suis impatiente de vous aider ! Un atelier en ligne signifie que vous pourrez participer en écrivant dans la boîte de dialogue Questions et Réponses. Je serai la seule à apparaître à l’écran et à lire vos réponses.

D’ici samedi 25 avril, je vous propose de me contacter sur pour me faire part de tout ce qui vous distrait actuellement. En quoi est-ce un problème pour vous ?
Si vous ne pouvez pas rejoindre l’atelier samedi, pas de souci: j’enverrai l’enregistrement à tous les inscrits dans les heures qui suivront.

3. Rappel de l’épisode précédent

Dans l’épisode précédent, le numéro 127, nous avons parlé des 4 Cs que l’auteur Dan Sullivan nomme pour atteindre la confiance en soi, la 4e et dernière étape :

1. le contrat avec soi-même (c’est l’objet de cet épisode)

2. le courage

3. la compétence, les sujets des 2 prochains épisodes. 

4. Objectif de l’épisode

Aujourd’hui, nous allons explorer le contrat avec soi-même, c’est-à-dire l’engagement pour un projet.  

5. Contenu

5.1. Qu’est-ce que l’engagement ?

L’engagement est une émotion dont je délimiterai les contours à l’aide d’autres émotions. Quand on se sent engagée, on mélange l’intérêt, la certitude, la détermination, l’anticipation, la lucidité.

Quand se sent-on engagée ? Quand on signe un contrat : embauche, mariage… D’ailleurs, l’anglais utilise « engaged » pour dire « fiancée ». C’est-à-dire que quand on se fiance, on a franchi la 1ère étape vers une vie aux côtés de quelqu’un de précis. On a réduit toutes les potentialités à une seule personne et on n’hésite plus, on ne papillonne plus.

On se sent aussi engagée quand on est prête à en payer le prix : on se marie pour le pire et le meilleur. On se sent aussi engagée  quand il y a des droits ET des devoirs, quand c’est donnant-donnant : on passe une commande au restaurant ou en ligne, on est prête à payer pour bénéficier d’un produit ; on signe un contrat pour travailler pour quelqu’un et être payée en retour.

On se sent aussi engagée quand on sait que ça va être 50-50 et qu’on s’y prépare. Par là, je veux dire qu’on sait que tout ne va pas être rose tout le temps, qu’il va y avoir des périodes sombres à part égale. Par exemple, quand on décide de se présenter à un entretien d’embauche, on sait qu’il y a une forte probabilité que ça se passe bien (après tout, on est convoqué, c’est plutôt bon signe) mais on sait aussi qu’il y a une part d’imprévisible (on ne sait pas encore si on correspond au poste ou si le poste correspond à nos attentes, et c’est d’ailleurs tout l’objet de cette rencontre). On ne sait pas non plus si notre niveau d’anglais conviendra mais on décide, malgré tout, d’essayer, de se confronter à la réalité des attentes du recruteur.

S’engager, c’est aussi commencer quelque chose et être prête à aller jusqu’au bout, quoi qu’il arrive : on tourne la clé dans la serrure de la voiture de course, on boucle sa ceinture, on enfile son casque… C’est parti ! On sait que le trajet va être chaotique mais on y va quand même. On est prête à atteindre son objectif, la ligne d’arrivée, coûte que coûte.  

En faisant des recherches sur cette idée de contrat avec soi-même pour atteindre un objectif, j’ai bien sûr retrouvé ce que j’avais écrit déjà dans l’épisode 2 d’Anglaisance, intitulé « Raison irrésistible et engagement. » A l’époque, je distinguais les 2 verbes « vouloir » et « s’engager ». Voici ce que j’expliquais dans cet épisode 2 :

5.1.1. Vouloir

« Si vous voulez parler anglais sans faire trop d’effort, alors vous êtes juste intéressée. Vouloir quelque chose est très passif – vous n’avez pas besoin de faire quoi que ce soit. Vouloir est très facile, confortable, sûr et familier.

Mais vouloir ne fait que créer un désir de parler anglais, rien d’autre. Ce n’est pas en voulant que vous obtiendrez des résultats. A force de vouloir, rien ne se passe. Bien au contraire, le fossé se creuse entre ce que vous souhaitez obtenir et ce que vous obtenez réellement. »

C’est vraiment comme si d’un côté de la rivière il y avait vous, voulant atteindre votre objectif, que ce soit un niveau d’anglais B2 ou le poste que vous convoitez. Et de l’autre côté de la rivière se trouve justement cet objectif. Et là, vous avez le choix : franchir la rivière comme vous pouvez, à la nage, en barque, en construisant un pont, que sais-je ? ou bien vous contenter de rêver à cet objectif, ce niveau B2, ce poste idéal pour vous. Lorsqu’on ne fait que vouloir, la rivière finit par creuser un canyon et les options à votre disposition se réduisent : impossible de nager ou d’utiliser une barque pour traverser le canyon. Il vous faudrait construire un pont. Ou bien d’autres options surgissent, comme descendre au fond du canyon, traverser la rivière, remonter de l’autre côté, sur l’autre flanc… Bien plus épuisant que ça ne l’était au départ, quand vous vouliez d’un côté de la rivière rejoindre l’autre bord.

5.1.2. S’engager

« En revanche, si vous êtes engagée vous savez que votre objectif n’est ni facile, ni confortable, ni pratique. Bien au contraire : il vous paraît difficile à atteindre. S’engager signifie que vous agissez. Un engagement à 100% exige de l’action, pas de la passivité. Un engagement à 100% implique que vous continuerez à agir jusqu’à atteindre le résultat désiré. Ce n’est ni confortable, ni facile.

Toutefois, lorsque vous vous engagez, vous obtenez des résultats. Une seule petite action quotidienne permet d’avancer vers son but.

Vous êtes-vous déjà engagée à faire quelque chose ? Par exemple, aller chercher vos enfants à la sortie de l’école, vous rendre au travail tous les jours, rembourser un prêt, ne pas tromper votre partenaire, payer vos impôts, etc. Ne pas le faire était-il une éventualité ? »

Si je reprends la métaphore de la rivière, lorsque vous êtes engagée, vous signez ce contrat avec vous-même et vous savez que vous allez tout tenter pour rejoindre l’autre bord : la nage, la barque, le pont… et puis vous allez devenir plus créative aussi, en trouvant d’autres solutions, comme un hélicoptère peut-être, pourquoi pas ?

Est-ce ainsi que vous vous sentez lorsqu’il s’agit d’aller chercher vos enfants à l’école, de payer vos impôts, de faire votre travail en anglais en temps et en heure ?

5.2. Pourquoi cette émotion est-elle importante ?

Alors, pourquoi est-il important de se sentir engagée ?

Si je prends l’exemple de mes clientes qui veulent accélérer leur carrière et, pour y parvenir, réussir leurs entretiens d’embauche en anglais, alors lorsqu’elles sont engagées, elles peuvent douter, leurs doutes n’affaiblissent pas leur volonté de réussir. Leurs émotions passagères ne changent rien à leur détermination d’atteindre leur objectif final. Elles peuvent rencontrer des obstacles, elles ne les interprètent pas comme un point final. C’est juste une étape à franchir, nécessaire, comme les feux rouges sur la route : des pauses nécessaires qui ne veulent rien dire du tout des chances de la réalisation de leur projet.  

Il est donc important de se sentir engagée à 2 titres : votre engagement va vous permettre d’agir comme il le faut pour, et c’est le 2e point, parvenir à vos fins.

5.2.1. Comportement

Nous l’avons vu, notre comportement change du tout au tout si on est intéressée ou engagée, et ne parlons même pas d’être totalement désintéressée : il va sans dire qu’alors on ne fait rien du tout.

Lorsque mes clientes s’engagent pour travailler 2 mois afin de devenir la candidate idéale lors de leurs entretiens d’embauche en anglais, c’est-à-dire, très concrètement, quand elles signent le contrat et qu’elles règlent le montant, alors je sais qu’elles s’autorisent à y croire. Elles s’autorisent à penser que c’est possible, pour elles aussi, de réussir à être recrutée sur le poste qu’elles convoitent. C’est-à-dire qu’on est passé du rêve, de la théorie, au concret : elles se sont vraiment impliquées dans leur avenir, leur carrière, en agissant réellement dans le monde qui les entoure. Ca n’est plus une idée, c’est déjà une réalité en devenir, un potentiel qui ne demande qu’à s’accomplir.

Elles sont prêtes à se donner les moyens pour obtenir leur poste, donc pour cela à travailler chaque jour sur leur niveau d’anglais, à préparer les réponses aux questions que les recruteurs vont certainement leur poser, s’interroger sur les raisons de leur manque de confiance en elles, y remédier en redirigeant leur esprit systématiquement, jusqu’à ce que ça devienne une nouvelle habitude, bénéfique cette fois-ci.

5.2.2. Objectif atteint

Et fatalement, à force d’agir régulièrement ainsi, elles vont obtenir les résultats recherchés : elles vont améliorer leur anglais ainsi que leur confiance en elles et, forcément, décrocher le poste dont elles rêvaient. C’est la suite logique, le résultat de l’équation. Ca ne veut pas dire que le calcul de l’opération n’ait pas demandé de temps ou de l’énergie. Mais simplement, c’est la dernière étape inéluctable, fatale et c’est très bien comme ça. La commande est livrée par le livreur de pizza, l’objectif est réalisé : vous avez devant vous le plat, le colis que vous vouliez. Vous êtes allée le chercher au bureau de poste aux heures d’ouverture, avec l’avis de passage du facteur.

Votre paquet est là, palpable, tangible. Vous avez un nouveau bureau, de nouveaux collègues, un nouveau badge.

5.3. D’où vient cet engagement ?

Alors, bien entendu, c’est très intéressant de ressentir cette émotion d’engagement. Vous en voyez bien l’intérêt, si vous sentir engagée vous permet de vous diriger vers votre objectif et surtout de l’obtenir. Mais comment générer cette émotion ?

Il faut savoir qu’elle ne tombe pas du ciel. Elle ne provient pas de la langue anglaise, de votre niveau actuel d’anglais, ni du poste que vous convoitez ou de la petite annonce qui vous plaît. Cette émotion d’engagement n’est pas fournie avec la langue anglaise, le poste, la petite annonce. Elle ne fait pas partie du forfait, sinon tout le monde se sentirait engagé en lisant la petite annonce ou tous ceux qui parlent anglais avec le même niveau se sentiraient de la même façon. Ca n’est pas le cas. D’ailleurs, quand vous pensez à votre niveau d’anglais ou à la petite annonce, vous ne vous sentez peut-être pas tout le temps engagée de la même façon. Peut-être parfois cette émotion est-elle plus intense qu’à d’autres moments. C’est alors qu’il est intéressant d’observer vos pensées, car c’est toujours de là que provient votre émotion : plus votre émotion est intense, plus vous croyez en votre contrat avec vous-même. C’est tout.

5.3.1. Trouver les raisons qui nous poussent à atteindre cet objectif

Il est donc important de savoir ce qui se passe lorsque vous vous sentez engagée : que pensez-vous qui crée cette émotion ? Quelle est la différence entre les moments où vous avez simplement envie de quelque chose, sans vous sentir engagée ? La phrase est-elle totalement différente, ou bien avez-vous ajouté ou modifié quelques mots ?

Pour connaître la phrase qui fait naître cette émotion d’engagement, posez-vous la question suivante : pourquoi est-il important pour vous d’atteindre cet objectif ? Quelles sont les raisons qui font que vous tenez à ce niveau d’anglais, ce poste, cette carrière ?

5.3.2. Quelques suggestions

Voici quelques suggestions, des pensées qui peuvent générer cette émotion :

– Ma vie en dépend.

– Il est hors de question que je n’y arrive pas.

– Il est inévitable que j’y parvienne.

– Je vais tout faire pour réussir.

– Rien ne m’empêchera d’arriver à mes fins.

– J’ai déjà décidé.

– C’est comme ça et pas autrement.

– Rien ne m’arrête.

– C’est ce poste et aucun autre.

– Je suis totalement prête à ne me consacrer qu’à ça à 200%.

– Je remplis ma mission.

– C’est mon devoir.

Testez-les et notez l’intensité de cette émotion d’engagement. Pour mieux le cerner, n’hésitez pas à remplacer l’objet : vos enfants, votre travail actuel, votre niveau d’anglais, votre poste idéal, vos prochaines vacances… Vous saurez alors les pensées qui génèrent cet engagement pour vous dans d’autres domaines. Il ne vous restera ensuite plus qu’à les adapter à votre situation particulière, cet entretien d’embauche en anglais par exemple.

Bien entendu, si vous avez besoin de mon aide, je suis là pour vous. N’hésitez pas à compléter le formulaire disponible à la page de mon dernier bonus, « 3 erreurs qui ralentissent votre carrière en anglais » et je me ferais un plaisir de vous rendre service.

6. Mission

A quoi ressemble cette émotion qu’est l’engagement, pour vous ?

Que faites-vous quand vous vous sentez pleinement engagée pour un projet ?

Quel résultat obtenez-vous alors ?

Que pensez-vous qui fait naître cet engagement ?

Cette phrase est-elle crédible pour vos entretiens d’embauche en anglais, actuellement ?

7. Annonce du prochain épisode

Lors du prochain épisode, le numéro 129, nous évoquerons le courage, 2e de ces 4 étapes vers la confiance en soi.

8. Salutations

« See you next week-end ! Bye ! »

Vous souhaitez recevoir la pensée hebdomadaire d’Anglaisance ainsi que les notifications pour le podcast et les ateliers ?

Inscrivez-vous ci-dessous:

Anglaisance sur Facebook

Anglaisance sur LinkedIn