La confiance, comme n’importe quelle émotion, augmente et diminue. Et, même, pour être plus exacte: s’augmente et se diminue. Aujourd’hui, je vous explique comment faire.

1. Introduction

Bonjour ! Vous êtes sur Anglaisance, épisode n°118. Aujourd’hui, nous allons apprendre à augmenter sa confiance en soi.

2. Préambule

2.1. L’idée de la semaine

Si vous ne devez retenir qu’une seule idée cette semaine, ce serait celle que comme un bouton de thermostat, on peut augmenter l’émotion de la confiance en soi en modifiant son estime de soi, les petites phrases qu’on se raconte au sujet de notre capacité à parler anglais.

2.2. Des nouvelles d’Anglaisance

Une revue de Mélanie Goteborg, sur le iTunes suédois : « Vraiment excellent ! Ce podcast est absolument génial pour quiconque veut apprendre et maîtriser une nouvelle langue. Je suis moi-même trilingue anglais français suédois mais j’écoute les conseils de Nadège qui me sont extrêmement utiles pour apprendre d’autres langues qui m’intéressent, ainsi que carrément dans d’autres domaines de ma vie qui n’ont rien à voir avec l’apprentissage. Nadège nous apprend à repérer les lunettes à travers lesquelles nous voyons le monde, à nous interroger sur l’efficacité de leurs verres et à changer de monture chaque fois qu’un autre modèle nous serait plus utile dans la situation précise à laquelle nous sommes confrontés. Super bien structuré, le podcast est plein de tips pratiques (je me suis mise au pomodoro au boulot et je dépote sur les taches que je n’aime pas trop faire !!!) et surtout un bon sens de l’humour (anglais bien sûr) et une bonne humeur communicative. Vraiment une trouvaille inattendue. Merci Nadège de tout ce travail que tu mets à notre disposition ! »

Et merci à vous, Mélanie, d’avoir pris le temps de publier ce magnifique avis en Suède ! Ca me va droit au cœur, d’autant plus que c’est exactement la description de ce que je souhaite pour Anglaisance ! Et j’adore qu’Anglaisance soit international. Ca me paraît un aspect vital. Si vous aussi avez écrit un avis sur iTunes pour Anglaisance : MERCI ! Et si c’est sur un iTunes autre que le français, n’hésitez pas à m’envoyer une capture d’écran sur , comme Mélanie, afin que je puisse vous en remercier, comme je l’ai fait pour Mélanie en lui envoyant un petit cadeau : la fiche « nommez votre émotion ». Et si ça n’est pas encore fait et que ça vous paraît une bonne idée, n’hésitez pas à partager Anglaisance avec vos proches ou des inconnus à l’aide de quelques lignes et de 5 étoiles sur iTunes ou d’autres plateformes. Merci d’avance!

3. Rappel de l’épisode précédent

Dans l’épisode précédent, le numéro 117, nous avons parlé de la mesure de la confiance en soi, cette échelle allant de 0 (aucune confiance en soi, doute absolu) à 10 (confiance absolue, pas le moindre doute). Je vous ai posé 2 questions pour vous permettre d’évaluer votre confiance en vous :  

1. A quel point êtes-vous digne de votre propre confiance en anglais ?

2. A quel point avez-vous confiance en vous en anglais ?

Avez-vous mesuré votre confiance en vous en anglais quotidiennement ces 7 derniers jours ?

Et, surtout, vous êtes-vous posé la question suivante : pourquoi ? Pourquoi êtes-vous à ce stade-là aujourd’hui ? C’est important car cette mesure nous permet de nous situer pour ensuite pouvoir mieux nous diriger vers un degré de confiance en nous plus bénéfique. C’est d’ailleurs ce dont nous allons parler aujourd’hui.

4. Objectif de l’épisode

Aujourd’hui, nous allons apprendre à augmenter cette confiance en soi. 

5. Contenu

Je vous en parle depuis janvier 2020 : la confiance en soi est une émotion basée sur l’estime que l’on se porte. Il y a donc 2 composantes :

1. l’émotion que l’on ressent au sujet de nos capacités à nous exprimer en anglais, entre doute total (0) et confiance absolue (10).

Cette émotion n’a rien d’inné, ni de figé. Elle est créée par nos pensées. Je répète car c’est primordial : notre confiance en nous provient de nos pensées. Autrement dit, l’estime qu’on se porte, la valeur qu’on s’attribue lorsqu’il s’agit de parler anglais, génère notre degré de confiance en nous.

2. c’est donc la 2e composante – notre évaluation de notre propre valeur, la petite phrase qu’on se dit et se répète en boucle qui crée notre degré actuel de confiance en nous.

Aujourd’hui, nous allons apprendre à l’augmenter. Avant de le faire, nous allons tout d’abord l’estimer au présent, puis expérimenter et jouer avec ce degré en le diminuant. Je vous explique.

5.1. Valeur actuelle

Avant de pouvoir augmenter votre confiance en vous, autant savoir d’où l’on part, où on se situe sur l’échelle de la confiance en soi. Entre 0 et 10, où vous situez-vous là tout de suite, maintenant, au moment où vous m’écoutez ou lisez la transcription de cet épisode à la page 118 du site Anglaisance.com ? Ne réfléchissez pas trop et, spontanément, répondez à ces 2 questions :

1. Quelle est, selon vous, votre valeur en expression orale en anglais ? Autrement dit, à quel point êtes-vous digne de votre propre confiance en anglais ?

2. A quel point avez-vous confiance en vous en anglais ?

Notez ce chiffre. Puis demandez-vous pourquoi. Quelles sont les raisons pour lesquelles, selon vous, vous vous situez à ce degré de confiance en vous en anglais ? Cette petite phrase ou ces petites phrases sont importantes parce que ce sont celles qu’on va modifier pour diminuer et augmenter votre émotion.

Donc, pour cet exercice, je vous demande de passer par 3 étapes :

1. estimer votre confiance en vous actuellement

2. trouver vos raisons d’estimer ainsi votre valeur en anglais

3. et, enfin, troisièmement, explorez les sensations correspondant à cette émotion dans votre corps. L’idée est tout d’abord de vous connecter à vous-même dans votre globalité, à votre corps. Vous n’êtes pas qu’un cerveau, une tête. Vous êtes un être humain, un corps complet. Lorsque vous pensez une petite phrase dans votre tête, il se passe quelque chose dans votre corps. Je vous demande donc de vous concentrer à présent sur le degré de confiance en vous en anglais que vous venez d’établir. Pour cela, nous allons passer par 2 étapes :

1. localisez cette émotion. Lorsque vous vous concentrez sur votre confiance en vous en anglais, où, dans votre corps, ressentez-vous cette émotion ? Dans votre poitrine, dans votre ventre ? Ailleurs ? Si vous remarquez que cette émotion se situe à différents endroits, concentrez-vous sur une seule partie de votre corps. Choisissez une seule partie de votre corps.

2. la 2e étape consiste à décrire cette émotion, la confiance en vous au degré auquel elle se situe actuellement, le plus possible. Il s’agit de procéder comme si vous aviez un objet à l’intérieur de vous et que vous l’examiniez en toute objectivité, comme une scientifique ou une exploratrice. Pour vous y aider, je vais vous poser des questions auxquelles vous pouvez répondre. Là encore, il n’y a aucune bonne ou mauvaise réponse. C’est votre émotion et elle peut prendre toutes les formes qu’elle veut. Vous êtes seule juge et vous êtes la mieux placée pour décrire votre propre émotion.

Vous pouvez donc vous demander ce qu’il en est de :

– la taille (une pièce de monnaie, votre poing, votre visage, votre torse, plus grand ?)

– la forme (une forme géométrique, indéterminée ?)

– le poids (une plume ? une tonne ?)

– la température (chaud ? froid ? tiède ?)

– la matière (doux ? dur ?)

– la vitesse (immobile ? vibrant ? bougeant frénétiquement ?)

– y a-t-il une odeur ?

– une couleur ?

– une saveur ?

– un son ?

Là encore, vous pouvez noter vos réponses par écrit. Je sais que, pour ma part, ça me permet de me concentrer sinon je commence puis pense à tout autre chose. En écrivant, je ne fais que ça, je ne pense qu’à ça. Et si vous voulez prendre le temps de répondre à ces questions, je vous rappelle que vous trouverez la transcription de cet épisode à la page 118 du site Anglaisance.com.

5.2. Diminuez votre bien-être

Une fois que vous avez évalué l’émotion de doute ou de confiance en vous, c’est selon, il est temps de la modifier. Et nous allons commencer par la diminuer.

Pourquoi vouloir diminuer votre confiance en vous ? Ca n’a pas de sens, vous ne m’écoutez pas pour avoir moins confiance en vous et douter davantage ! Sauf que l’idée est de vous démontrer que vous maîtrisez cette émotion, votre confiance en vous. Si vous êtes capable de la diminuer en changeant vos pensées, alors vous pouvez aussi l’augmenter. Vous avez le contrôle.

Voyez cette expérience comme un jeu que vous pouvez d’ailleurs appliquer à toute autre émotion. Vous avez peur ? Augmentez votre peur, votre mal-être, de 5 à 10 avant de la diminuer. Ca peut faire peur ( !) mais c’est justement le principe : vous montrer que vous pouvez adapter vos émotions comme vous le souhaitez. Si la peur provient de la pensée « ça va mal se passer », passez à la terreur avec « ça ne peut que mal se passer, ça va être une catastrophe, ça va être pire que tout, ça va être épouvantable et extrêmement douloureux. » Vous sentez la terreur dans votre corps ? N’hésitez pas à passer un moment avec cette terreur en faisant l’exercice précédent en 2 étapes : localisez-la et décrivez-la.

Vous êtes énervée ? Amplifiez votre agacement, votre mal-être, de 5 à 10 en changeant votre pensée principale, de « zut alors » à « mais c’est pas possible ! non, mais vraiment ils le font exprès, ils m’en veulent, ils veulent gâcher ma journée toute entière ! ». De même que précédemment, localisez votre énervement et décrivez-le de la façon la plus complète possible.

Il est à présent temps de faire de même pour votre confiance en vous. Imaginons que vous soyez à 5/10 sur l’échelle de la confiance en vous. Puisqu’elle provient de vos pensées, rappelez-vous un moment où vous aviez encore moins confiance en vous en anglais qu’aujourd’hui. Que vous disiez-vous alors ? Imaginez que vous croyez encore, à l’heure actuelle, ce que vous vous disiez alors. Ca peut être « je suis nulle, je suis incapable de dire quoi que ce soit en anglais, ça n’est même pas la peine d’essayer. » Encore une fois, explorez cette émotion dans votre corps : où est-elle, à quoi ressemble-t-elle ? Prenez des notes pour la reconnaître la prochaine fois que vous la ressentirez, pour ne plus être surprise et savoir la nommer pour mieux la gérer.  

D’ailleurs, vous la gérez dès maintenant : c’est vous qui avez su diminuer votre confiance en vous, personne d’autre, rien d’autre. Vous avez donc le contrôle sur cette émotion, elle est parfaitement sous votre contrôle. C’est bon à savoir car alors, vous pouvez la faire revenir au point de départ si c’était 5, voire l’augmenter. C’est justement le prochain exercice que je vous propose.

5.3. Augmentez votre bien-être

Pour commencer, reprenons les émotions dont je vous ai parlées plus tôt et augmentons votre bien-être à partir de la peur et de l’énervement. A présent, passez de la peur à une petite crainte et de l’énervement à une légère contrariété. Comme précédemment, il s’agit de modifier ce qu’on se dit à propos d’une situation donnée pour augmenter son bien-être.

Transformez la peur de 5 à 1 en crainte avec « je n’ai pas trop envie que ça se passe comme ça mais ça va aller, ça risque de se passer moins bien que je ne le veux et je vais gérer, ça pourrait être moins bien que prévu et ça n’est pas très grave. »

Passez de l’énervement à 5 à la petite contrariété à 1 avec « tiens, ça n’est pas vraiment ce que je voulais mais ça n’a aucune importance, je remarque que j’aurais préféré ça mais ça n’est pas un problème. »

Le niveau 0 sur l’échelle de l’intensité des émotions serait celui où l’émotion n’est même pas repérable. Vous n’avez pas une once de peur ou d’énervement dans votre corps.

Et qu’en est-il de la confiance en vous ? Pour l’augmenter, je vous propose 2 méthodes :

1. pensez à un autre domaine que l’anglais où vous avez une confiance absolue en vous

2. pensez à quelqu’un qui a une confiance absolue en ses capacités à s’exprimer en anglais.

5.3.1. Autre domaine

Commençons par la confiance en vous dans un autre domaine. Je vous propose de ressentir l’émotion de la confiance en vous dans un autre domaine. Par exemple, j’ai une confiance absolue en moi lorsque je pense que je vais manger un repas aujourd’hui. Je le vois arriver dans mon avenir et je n’envisage pas du tout une autre option. C’est impossible de faire autrement. Il est inévitable que je mange aujourd’hui. Je vais tout faire pour ça. J’en ai une certitude absolue, à 100%. Mon estimation de mes probabilités de manger aujourd’hui est à 10/10.

Et pour vous, qu’en est-il ? Comment évaluez-vous votre probabilité de manger aujourd’hui ? A quel degré situez-vous l’éventualité que vous mangiez aujourd’hui ? En êtes-vous sûre à 100% ? Etes-vous convaincue que cela va absolument arriver ?

Comme précédemment, décrivez l’émotion dans votre corps : où se situe-t-elle ? Que se passe-t-il ?

L’idée à présent est d’imaginer que vous soyez aussi sûre de vous en anglais que vous l’êtes quand vous pensez que vous allez bien évidemment manger aujourd’hui. Tâchez de garder cette même émotion, cette certitude, cette conviction, à 10/10 MAIS lorsque vous pensez à votre capacité de parler anglais.

Qu’en pensez-vous ? Est-ce facile ? Difficile ?

Si tel est le cas, c’est l’occasion de vous connaître un peu plus. Comparez votre confiance absolue en vous lorsqu’il s‘agit de manger à votre confiance en vous lorsqu’il s’agit de parler anglais : qu’y a-t-il de similaire dans les 2 cas dans votre corps ? qu’y a-t-il de différent ? Passez autant de temps que nécessaire pour délimiter ces différences dans vos sensations, dans l’énergie dans votre corps.  

Vous semble-t-il possible de ressentir exactement la même émotion dans les 2 domaines prochainement ?

Entraînez-vous pour passer d’un domaine à l’autre le plus fréquemment possible, plusieurs fois par jour, jusqu’à ce que cet exercice soit facile.

Et j’imagine que votre esprit proteste ! Parfait. Notez donc les petites phrases qui surgissent. Ce sont celles-là même qu’il faut traiter pour pouvoir passer à la vitesse supérieure, au degré plus haut de confiance en vous.

5.3.2. Quelqu’un d’autre

Si vous avez du mal à imaginer un autre domaine de votre vie où vous auriez une confiance absolue en vous, ou si vous n’arrivez pas à transférer cette confiance en vous pour vous nourrir à votre capacité de parler anglais, imaginez donc quelqu’un d’autre qui n’hésite jamais pour parler anglais, qui ne doute pas le moins du monde, peu importe la façon dont il ou elle s’exprime. Voyez-vous qui, dans votre entourage ou dans les personnages publiques, correspond à ce profil ?

Comme plus tôt, le but du jeu est d’imaginer l’émotion de confiance absolue que cette personne ressent. Mettez-vous à leur place. Imaginez-vous ressentir leur confiance en eux, la vivre pleinement. Faites le même exercice que précédemment : localisez cette confiance que vous imaginez chez eux. Décrivez-la aussi complètement que possible à partir de toutes ces questions que je vous ai suggérées plus tôt. Passez-y autant de temps que nécessaire. Prenez votre temps.

Et tâchez de rester dans cette émotion le plus longtemps possible, le plus fréquemment possible. Que ce jeu devienne votre nouvelle réalité, comme une seconde peau, un chemisier ou un accessoire que vous enfileriez naturellement, facilement.

Vous pouvez bien sûr alterner ces 2 derniers exercices et les comparer : qu’y a-t-il de similaire ? de différent ? Et surtout : pourquoi ?

6. Mission

A vous de jouer ! Pendant les 7 prochains jours, trouvez le moment d’évaluer, diminuer et augmenter votre confiance en vous le plus souvent possible. Localisez cette émotion, décrivez-la le plus complètement possible. Apprenez à la créer à volonté.

7. Annonce du prochain épisode

Lors du prochain épisode, le numéro 119, nous évoquerons les avantages d’avoir confiance en soi en anglais.

8. Salutations

« See you next week-end ! Bye ! »