Je vous présente l’échelle de la confiance en soi, allant de 0 (aucune) à 10 (absolue). Où vous situez-vous tout de suite? A combien souhaitez-vous être?

1. Introduction

Bonjour ! Vous êtes sur Anglaisance, épisode n°117. Aujourd’hui, nous allons parler de la mesure de la confiance en soi.

2. Préambule

2.1. L’idée de la semaine

Si vous ne devez retenir qu’une seule idée cette semaine, ce serait celle que la confiance en soi se mesure, s’évalue sur une échelle donc qu’elle évolue et qu’on peut la faire évoluer.

2.2. Des nouvelles d’Anglaisance

Je travaille actuellement sur un questionnaire pour justement évaluer sa confiance en soi. Il sera bientôt en ligne et remplacera donc le bonus actuel, que vous pouvez encore trouver à la page des bonus sur le site Anglaisance.com. Il s’agit des « Clés de la confiance en soi en anglais », document qui récapitule de façon synthétique tout ce dont je parle dans les épisodes de cette série depuis le début de l’année 2020. Abonnez-vous pour pouvoir le télécharger. Bientôt, il n’y sera plus !

Je travaille également avec une nouvelle fabuleuse cliente et ce qu’il y a de formidable, c’est que la confiance qu’elle prend en elle en anglais s’étend à de tout autres domaines, comme sa famille, son travail… Sa capacité à prendre du recul et à décider de son comportement, plutôt que de réagir, comme par automatisme, semble lui faire beaucoup de bien. C’est magique de voir mes clientes s’épanouir !

Si vous aussi souhaitez évoluer ainsi, contactez-moi sur . Je suis là pour vous aussi.

3. Rappel de l’épisode précédent

Dans l’épisode précédent, le numéro 116, nous avons parlé des composantes de la confiance en soi et par là je veux dire la confiance en son potentiel, en ses possibilités futures, sans aucune preuve passée qu’on peut y arriver. Les composantes de la confiance en soi sont au nombre de 3 :

1. vouloir tout ressentir

2. refuser de s’en vouloir

3. explorer pleinement nos pensées

Alors, acceptez-vous de tout ressentir, de l’angoisse à l’humiliation ?

Etes-vous prête à refuser de vous en vouloir, quoi qu’il arrive lors de vos échanges ?

Etes-vous prête à explorer pleinement toutes les pensées à votre sujet ?

Pourquoi ?

4. Objectif de l’épisode

Aujourd’hui, nous allons explorer la mesure de la confiance en soi. 

5. Contenu

Ce qu’il y a d’intéressant et qui a été une révélation pour moi, c’est que la confiance en soi n’est pas innée. Elle s’acquiert. Vous l’avez peut-être déjà remarqué et avez suivi son évolution dans un domaine de votre vie, comme je l’ai lorsqu’à présent je m’exprime sur mon podcast, tourne de courtes vidéos pour Facebook que le monde entier peut voir ou bien quand mes clientes osent enfin se faire plaisir et s’exprimer, être authentiques, en accord avec elles-mêmes, avec ou sans fautes d’accord.

Et vous ? En quoi n’aviez-vous aucune confiance en vous et avez totalement confiance en vous aujourd’hui ? Qu’est-ce qui a changé ?

En fait, la confiance en soi, c’est comme un thermostat de radiateur, un bouton de volume sur votre lecteur mp3. Ca s’augmente, se baisse, se stabilise, s’ajuste. C’est pareil pour toutes les émotions et aujourd’hui, depuis l’épisode 113 de janvier 2020, c’est notre confiance en nous que nous ajustons. Oui, mais avant d’ajuster, il faut savoir où on en est et où on veut aller. Alors, comment la mesurer ?

5.1. L’outil de mesure

5.1.1. L’estime

Dans l’épisode 114, je vous ai parlé des expressions « être digne, indigne de confiance ». On peut très bien se dire que c’est l’un ou l’autre et que c’est comme ça, pas autrement. Soit on est digne, soit on est indigne. Soit c’est blanc, soit c’est noir, il n’y a pas d’entre deux. Sauf qu’il existe aussi toute une gamme de gris, sans compter toutes les couleurs possibles ! Donc, pourquoi se limiter ?

Autant décider qu’il existe une échelle entre les mots indigne et digne de confiance et que l’on peut se rendre progressivement de l’un à l’autre degré. On peut partir de 0 pour indigne d’avoir confiance en moi et se rendre à 10, digne de ma propre confiance.

Nous avons également vu que la confiance en soi était une émotion basée sur l’estimation qu’on avait de nous-même, c’est-à-dire de notre évaluation : sommes-nous dignes de cette confiance en nous ? Quelle est l’opinion que nous avons de nous-même ?

L’idée d’évaluation implique que la confiance en soi n’est pas statique : elle fluctue, elle change, elle évolue. On peut renforcer ou affaiblir sa confiance en soi.

On peut donc utiliser les termes « digne » et « indigne » sur notre échelle de la confiance en soi en anglais. Il s’agit de l’évaluation qu’on a de nous-même, donc notre opinion de nous-même, notre pensée. Et ce qu’il y a de bien, c’est qu’on peut parfaitement la choisir et décider de s’en tenir à une opinion favorable de soi-même.

5.1.2. L’émotion

Et on peut inclure sur notre échelle l’émotion créée par cette estime de nous. On peut distinguer l’antonyme de la confiance, c’est-à-dire la méfiance envers soi-même, quand on doute de soi, quand on ne se croit pas capable de parler anglais.

On pourrait donc avoir sur notre échelle l’émotion allant de la méfiance, du doute (0) à la confiance (10). On pourrait ainsi évaluer l’intensité de notre émotion, notre degré de confiance ou de méfiance envers soi-même.

Je vous propose donc une échelle allant de 0, aucune confiance en soi, à 10, confiance absolue en soi, selon que l’on se juge plus ou moins digne de notre propre confiance.

Pour évaluer la confiance que vous vous portez en anglais, vous pouvez donc répondre à ces 2 questions qui n’en sont en fait qu’une seule et même :

1. A quel point êtes-vous digne de votre propre confiance en anglais ?

2. A quel point avez-vous confiance en vous en anglais ?

Pour répondre à cette question, ne réfléchissez pas trop. Quel est le 1er chiffre auquel vous pensez ? C’est le bon ! Pas besoin de vous juger, d’interpréter, de vous censurer avec des « non, je devrais tout de même être à 8 plutôt qu’à 3 ! ». Soyez spontanée. Votre réponse est forcément la bonne réponse puisque c’est la vôtre. Vous êtes la seule à pouvoir dire où vous vous situez. Personne d’autre que vous n’est aussi bien placé.

5.2. Pourquoi évaluer sa confiance en soi ?

Il ne s’agit pas d’avoir un outil pour le simple plaisir de mesurer. Non. L’intérêt de cette mesure de la confiance en soi est quadruple :

1. savoir où on en est

2. apprendre pourquoi

3. choisir un objectif

4. décider d’une démarche

Ainsi si vous êtes à 5/10 sur l’échelle de la confiance en vous en anglais, peut-être est-ce parce que vous vous dites que vous allez vous ridiculiser, qu’on ne va pas vous comprendre, que vous allez bafouiller. Il y a donc une mesure, 5/10, et une raison pour cette donnée.

Et peut-être voulez-vous être à 10/10 sur l’échelle de la confiance en vous. Ou bien pour commencer, à 6/10. C’est possible. Pourquoi pas ?

Ensuite, il s’agit d’établir une démarche pour augmenter cette confiance en vous et c’est ce dont nous parlerons lors des prochains épisodes.

En fait, c’est exactement comme quand on décide de se rendre d’un point A à un point B à pied, en voiture, en métro, en trottinette ou en avion, peu importe. Il faut bien savoir d’où on part, où on va et par quel chemin passer. On peut utiliser un plan, un GPS… Tous les chemins mènent à Rome ! Toutefois il y en a de plus courts que d’autres. C’est ce chemin plus rapide que je vous propose d’explorer en 2020.

6. Mission

Pendant les 7 prochains jours, évaluez au quotidien votre confiance en vous en anglais. Sur l’échelle allant du doute à la confiance en vous, où vous situez-vous entre 0 (aucune confiance en vous) et 10 (confiance absolue en votre potentiel) ?

Et puis surtout, pourquoi ? N’hésitez pas à vider votre cerveau, à trouver toutes les raisons pour lesquelles vous vous situez à ce point au niveau de votre confiance en vous.

Qu’en déduisez-vous ?

7. Annonce du prochain épisode

Lors du prochain épisode, le numéro 118, nous verrons justement comment augmenter cette confiance en soi, comme s’il s’agissait d’un thermostat ou d’un bouton de volume, de radiateur.

8. Salutations

« See you next week-end ! Bye ! »


« See you next week-end ! Bye ! »