Une fois le vocabulaire compris et appris, il ne s’agit pas de l’oublier. Au contraire, pratiquer permettra de le consolider, et pourquoi pas en jouant avec d’autres ?

1. Introduction

Bonjour ! Vous êtes sur Anglaisance, épisode n°16.

Aujourd’hui, nous allons parler des jeux pour apprendre l’anglais.



2. Félicitations

Pour commencer toutes mes félicitations à tous ceux qui se sont confrontés ou qui vont être confrontés à des épreuves blanches, qu’il s’agisse de brevet, de bac, de BTS, de concours, etc. Vous avez dû surmonter bien des épreuves, comme la procrastination dont nous parlions la semaine dernière. Vous avez dû passer par bien d’autres émotions aussi, comme la peur, le doute, l’inquiétude… la joie aussi, je l’espère, d’apprendre, de comprendre, de retenir, de pratiquer, d’utiliser !

3. Rappel de l’épisode précédent

Justement, aujourd’hui, nous allons pratiquer l’anglais à travers les jeux. Lors de cette série sur le vocabulaire et sa mémorisation, nous avons traité de l’encodage ou la découverte, la compréhension du vocabulaire. Nous avons ensuite étudié son stockage, sa mise en réserve, qui passe par 2 étapes à savoir :

  1. la clarté de l’information

  2. et sa répétition.

Nous voici donc à la dernière partie de ce processus de mémorisation, c’est-à-dire le rappel. Et, en liaison avec l’épisode précédent, « J’ai pas envie », pourquoi ne pas créer l’envie, justement, c’est-à-dire s’éloigner de l’aspect forcé du travail, de la « corvée » de l’apprentissage de l’anglais, en choisissant de jouer ?

4. Objectif de l’épisode

Aujourd’hui, nous allons donc étudier le rappel du vocabulaire, lorsqu’il s’agit de retrouver un mot de vocabulaire dans sa mémoire, de le restituer, de l’utiliser.

5. Contenu

5.1. Problème

Nous avons vu, dans les épisodes pairs précédents,

Comprendre, puis apprendre, sont des étapes essentielles, mais insuffisantes pour qui veut retenir à long terme. Ce n’est pas parce qu’on a compris un mot et qu’on l’a retenu à un moment M qu’il va demeurer indélébile dans notre mémoire. C’est ce que nous enseigne la courbe de l’oubli de Leitner dont nous avons parlé dans les épisodes 8, 10, 12 et 14.

Que faire donc pour que nos efforts n’aient pas été vains ? La solution tombe sous le sens, en fait : l’anglais étant une langue vivante, il nous suffit de pratiquer pour consolider nos acquis.

5.2. Solution

Comment passer du vocabulaire passif au vocabulaire actif afin de le consolider?

Vous vous souvenez? Nous avons vu dans l’épisode 6 que le vocabulaire passif est celui qu’on reconnaît, mais pas celui qu’on utilise, qui lui s’appelle le vocabulaire actif. Comment faire pour que le vocabulaire passif devienne actif? Il s’agit tout d’abord de le comprendre, de l’apprendre puis, tout simplement, de s’en servir. Plus vous utiliserez un terme, plus il vous deviendra familier et plus vous le mémoriserez.

Comme je le lis dans le blog du site MosaLingua, « Comment apprendre du vocabulaire », dont vous trouverez le lien sur Anglaisance.com :

« Il est très important d’apprendre du vocabulaire ou des phrases types en sachant que cela vous est utile, et que vous allez réellement les utiliser. Sinon, vous allez rapidement oublier. »

« L’astuce pour apprendre du vocabulaire plus facilement est de vous imaginer utilisant ce mot ou cette phrase dans une situation plaisante. Par exemple, si vous voulez apprendre la phrase « Tu veux venir avec nous pour boire un verre ? » dans la langue que vous apprenez, vous pouvez vous imaginer que vous êtes dans le pays que vous rêvez de visiter, parlant parfaitement la langue, entouré de vos nouveaux amis, et que vous vous adressez à une charmante personne. Une fois cette scène mise en place, vous pouvez répéter à voix haute la phrase : « Tu veux venir avec nous pour boire un verre ? » « Would you like to come and have a drink with us ? »

Comment apprendre du vocabulaire efficacement ?

La courbe de l’oubli : ne perdez pas votre temps à apprendre pour rien

Donc imaginez-vous utilisant, pratiquant, jouant avec le vocabulaire que vous apprenez.

Bien sûr, au début, il va vous falloir vous forcer, créer le contexte nécessaire à cette utilisation: écrivez un courriel à votre correspondant irlandais sur le tout dernier thème que vous avez étudié, qu’il s’agisse des avantages en nature de votre entreprise ou des derniers types de recrutement. Ou bien conversez sur Skype avec votre cousine canadienne et dites-lui tout sur la fabrication de la Guinness. Envoyez un twit ou plusieurs sur le dernier produit arrivé dans votre rayon. Récapitulez dans votre journal l’organigramme de votre société, voire même tenez une passionnante conversation avec… votre miroir ! A moins que vous ne vous enregistriez sur votre dictaphone… A vous de voir mais plus vous le ferez, plus le vocabulaire se fixera dans votre cerveau…

5.2.1. Pratiquer – Conseils pour réactiver le vocabulaire passif récemment acquis

Nous pouvons revoir le vocabulaire compris et appris grâce à la répétition espacée en nous focalisant sur ce qu’on appelle la compréhension écrite, ou bien la lecture. Nous reconnaîtrons alors les mots mémorisés, ce qui renforcera  leur présence dans notre cerveau. Par ailleurs, les voir dans différents contextes pourra nous interpeller, ce qui nous permettra d’accéder à la polysémie, c’est-à-dire aux différents sens d’un même terme.

Voici quelques autres petites astuces :

  • L’application dictionary.com envoie un nouveau mot par jour.
  • Etre curieux ! S’intéresser à tout.
  • Vous pouvez lire beaucoup, sur tous les sujets que vous appréciez. Ainsi, vous vous faites plaisir tout en vous cultivant, en enrichissant votre lexique.
  • Vous pouvez également lire les scénarios des films que vous aimez, les romans à partir desquels ils sont basés ou bien les romans écrits à partir des scénarios. Il y en a pour tous les âges, pour tous les types de films, comme « Star Wars » par exemple, qui est même décliné en BD. L’avantage est que vous connaissez déjà l’histoire et n’avez qu’à découvrir la façon dont elle est racontée, avec quels mots elle est dite. Vous pouvez donc vous focaliser sur la langue plutôt que sur l’histoire.
  • Vous pouvez aussi décider d’explorer un nouveau sujet intéressant par semaine dans différents médias. Ainsi, vous pouvez suivre l’actualité (les Breaking News, c’est-à-dire les dernières nouvelles) et comparer les façons dont un même sujet est traité dans le journal TV de la BBC (British Broadcasting Corporation), en lisant The Times of India ou en écoutant NPR, la National Public Radio des Etats-Unis.
  • Regardez régulièrement autour de vous et faites l’inventaire : nommez tout ce que vous voyez (« door, window, curtain, laptop… »). Cherchez les mots que vous ne connaissez pas.
  • Enfin, pourquoi ne pas vous fixer comme objectif d’utiliser le nouveau mot appris autant de fois que possible durant la journée, lors d’une conversation avec un ami ou un anglophone, d’un mail à un correspondant, d’un paragraphe dans votre journal ? Cela peut devenir un jeu, d’ailleurs : on peut se lancer le défi d’utiliser tel terme ou telle expression de la manière la plus naturelle possible dans n’importe quelle conversation ! Par exemple, cela peut amener à glisser des mots incongrus dans des conversations sérieuses.

5.2.2. Apprendre l’anglais en jouant à plusieurs

Dans cette 1ère partie sur le sujet des jeux, je vous propose d’explorer les jeux à plusieurs, c’est-à-dire au moins à 2.

a. Le pendu

Commençons par le jeu du pendu. C’est un grand classique des fins d’année scolaires et des moments perdus : les élèves et étudiants aiment jouer au pendu. Il suffit d’un papier et d’un crayon. Une personne choisit un mot, trace autant de traits qu’il contient de lettres et l’autre personne devine les lettres. S’il s’agit d’une bonne réponse, la lettre est placée sur le tiret adéquat, plusieurs fois si nécessaire dans les lettres redoublées. Si c’est une erreur, le 1er joueur commence à dessiner la potence. A chaque erreur, la potence prend de plus en plus forme, puis c’est au tour du pendu : la tête, le corps, un bras, puis l’autre, une jambe et la deuxième. C’est intéressant pour revoir l’orthographe et le vocabulaire.

https://www.regles-jeux-plein-air.com/regle-du-pendu/

b. La bataille navale

Grâce à la bataille navale on peut revoir l’alphabet et les chiffres puisqu’il s’agit de couler le navire invisible du joueur opposé. Là encore, des crayons et des feuilles de papier suffisent. Chaque feuille contient 2 grilles de 10 colonnes et 10 lignes. Les 10 colonnes vont de A à J et les 10 lignes de 1 à 10. Sur la grille inférieure, le joueur place ses bateaux. La grille supérieure sera celle représentant le territoire de l’ennemi. Il existe différents types de navire, comme le porte-avions (« the aircraft carrier »), qui occupe 5 cases, ou le cuirassé (« the battleship »), qui en occupe 4, le sous-marin (« the submarine ») et le croiseur (« the cruiser ») qui en occupent 3 chacun, le contre-torpilleur (« the destroyer ») en utilise 2. Le but du jeu est de deviner où le joueur opposé a placé ses propres navires en annonçant des cases comme A2 ou J9. Celui qui trouve et donc coule tous les bateaux de l’ennemi en premier est le gagnant.

L’intérêt est que vous allez revoir les lettres et les chiffres, mais vous pouvez aussi apprendre des termes comme « miss » (= manquer) ou « hit » (= toucher), ou la phrase « you sank my ship ! » (= tu as coulé mon navire !).

https://fr.wikihow.com/jouer-%C3%A0-la-bataille-navale

https://www.wikihow.com/Play-Battleship

https://www.wikihow.com/Win-at-Battleship

https://www.google.fr/search?q=battleship+grid&safe=strict&client=firefox-b&dcr=0&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwi615G_zKDZAhVGWxQKHeNgBFMQsAQIMA&biw=1280&bih=910

c. Le scrabble

Vous pouvez très bien utiliser un jeu français pour jouer au scrabble : vous tirez des lettres au hasard, créez des mots à partir de ces lettres, tâchez d’ajouter ces lettres aux mots déjà existants posés sur le plateau, etc. Le gagnant est celui qui a gagné le plus de points en utilisant le maximum de ses lettres, voire toutes.

Attention, toutefois : les langues française et anglaise n’utilisent pas les lettres à la même fréquence. Peut-être pouvez-vous créer votre propre jeu anglais à l’aide de la page à laquelle je vous renvoie sur le site Anglaisance.com. Vous y découvrirez ainsi que l’anglais utilise 100 jetons tandis que le français en a 102. L’anglais n’a que 12 jetons représentant la lettre E, le français en a 15. Les lettres rapportant le plus de points sont le Q et le Z en anglais, tandis qu’en français, il s’agit du K, du W, du X, du Y et du Z.

https://en.wikipedia.org/wiki/Scrabble_letter_distributions

https://www.wikihow.com/Play-Scrabble

d. Le boggle

Le boggle est similaire au scrabble dans le sens où il permet de revoir l’orthographe et le vocabulaire. Il s’agit d’une grille de 4 dés sur 4. Sur chaque côté de chaque dé est inscrite une lettre. On place le couvercle sur la boîte des dés, on secoue puis à partir de l’ensemble des lettres visibles sur chaque dé, on doit constituer des mots, sans bouger les dés de place.

Comme j’ai l’impression que ce jeu n’est pas connu en France, je vous fournis aussi un mode d’emploi trouvé sur YouTube.

https://www.wikihow.com/Play-Boggle

e. Simon Says ou Jacques a dit

Dans votre enfance, vous avez peut-être joué à Jacques a dit, qui est la version française de « Simon says ». Il s’agit de donner un ordre à l’autre joueur, qui ne doit s’exécuter que si l’ordre est précédé de « Simon says ». Cela permet de revoir les verbes et de travailler l’impératif, avec par exemple « drink », « jump », « write », etc.

f. Ni oui ni non

Je ne crois pas que le jeu « ni oui ni non » existe véritablement pour les anglophones mais peut-être suis-je en train de me tromper. On pourrait l’appeler « the neither yes nor no game » et c’est d’ailleurs ainsi que je l’ai trouvé sur le site « Tim’s Box ». Toujours est-il que ça peut être une bonne idée pour apprendre à contourner la difficulté, pour varier le vocabulaire et en profiter pour utiliser

  1. les adverbes « absolutely », « definitely », ou des formules telles que « that’s right », « indeed », « no doubt », « that’s exactly the point » plutôt que « yes »,
  2. ou bien « no way », « wrong », « certainly not », “not at all”, “nothing of the kind”, “exactly the opposite” plutôt que “no
  3. ou éliminer tout autre type de mots de la conversation afin de forcer à utiliser des synonymes. Par exemple, on peut vouloir éviter l’adjectif « good » pour forcer à l’utilisation d’adjectifs plus précis.

« Simon says » et « Ni oui ni non » sont par ailleurs des jeux recommandés par Olivier Houdé puisqu’ils permettent d’inhiber les automatismes. Il faut réfléchir pour s’empêcher de répondre spontanément, automatiquement.

g. Dobble

Dobble est l’un des rares jeux que je supporte. Il s’agit d’observer et de repérer le même dessin dans 2 cartes côte à côte. La difficulté est que le même cactus, par exemple, apparaît à des tailles différentes selon les cartes. Le jeu existe en différentes versions, ce qui permet de rebrasser des mots appartenant à différentes catégories : on y trouve ainsi des chiffres, des formes, des animaux, des Princesses Disney ou des personnages de « Star Wars ».

Comme c’est un jeu à base d’images, nous devons donc nous limiter au vocabulaire concret. Il est possible de créer ses propres jeux de cartes Dobble grâce au générateur dont je vous fournis le lien sur Anglaisance.com :

https://micetf.fr/symbole-commun/#alphabet

https://www.youtube.com/watch?v=8TfDH0Rnpyc

Ainsi, on peut créer des cartes personnalisées, qui permettent de repérer les mots identiques, bon pour l’orthographe. Mais il peut s’agir de dates qu’on veut savoir dire correctement, ou bien pour se rappeler de ce à quoi elles correspondent.

A noter : « double » s’écrit normalement comme « double » en français mais le jeu s’écrit « dobble » pour que, visuellement, vous puissiez tout de suite voir en quoi il consiste.

h. Pictionary

https://fr.wikihow.com/jouer-au-Pictionary

https://www.wikihow.com/Play-Pictionary

Dans l’épisode 4 de la saison 6 de « The Big Bang Theory », Sheldon, le génie, affronte sa voisine blonde au jeu du Pictionary. C’est Penny qui gagne car Sheldon se complique la vie et cherche l’abstrait derrière les termes concrets. Ainsi, le mot « present » est interprété comme le temps présent par Sheldon, ce qui est particulièrement difficile à représenter visuellement. Pour Penny, il s’agit du nom « a present”, dont le synonyme pourrait être « a gift », soit un cadeau, un présent, qui est bien plus facile à dessiner.

De même, lorsqu’il s’agit de trouver l’image correspondant à « polish », Sheldon pense à l’adjectif « Polish », avec une majuscule, et part dans la représentation de sa scientifique préférée, Marie Curie, d’origine polonaise. Quant à Penny, elle a remarqué que le mot était écrit sans majuscule et correspond donc soit à un verbe, « vernir », soit à un nom « nail polish ». Avez-vous deviné ? Elle dessine une main et trace une flèche vers les ongles. Son équipière Amy devine aussitôt. Il s’agit de vernis, bien sûr.

A la maison, nous ne disposons pas du jeu Pictionary mais de dictionnaires visuels. Nous avons donc créé nos propres cartes en écrivant les mots que nous voulions voir représenter. C’est ainsi qu’au fur et à mesure, nous nous sommes succédés devant le tableau blanc pour dessiner « a fridge » (un frigo), « a pen » (un stylo), « a window » (une fenêtre), etc.

i. Taboo 

Si on ne connaît pas un mot, on peut expliquer ce à quoi il correspond en en donnant la définition, en cherchant des exemples, des analogies… C’est excellent pour travailler les stratégies de contournement car, fatalement viendra le jour où on ne connaîtra pas LE mot dont on a absolument besoin. Le site Wikihow donne comme exemple le mot « book » avec comme définition “something you use to study in school.” Il s’agit de faire deviner le mot à nos partenaires sans utiliser des mots tabous, interdits, qui sont liés comme “pages,” “read,” “story,” et “text.”

https://www.youtube.com/watch?v=gtLbI0JT8YM

j. La charade

Souvenez-vous : une charade est un mot décomposé en syllabes. A chaque syllabe correspond une définition et il en existe également une dernière pour le mot entier. Sur le site Takatrouver, j’ai deviné la charade suivante :

Mon 1er se trouve sur le visage des personnes âgées.
Mon 2nd est une boisson.
Mon tout est un tissu.

Réponse : Rideau (Ride-Eau)

Dans le roman « Jane Eyre » de Charlotte Brontë, l’héroïne est témoin d’une charade pantomime, c’est-à-dire qu’elle est jouée par deux personnages. Vous trouverez l’épisode relaté dans l’extrait des « CliffNotes » dont je vous fournis le lien sur Anglaisance.com. Si vous ne connaissez pas l’histoire, la voici pour ce qui nous intéresse : Jane Eyre est la gouvernante chez Mr Rochester, qui reçoit des amis chez lui à Thornfield. Pour s’amuser, ils jouent à créer des charades et les représentent visuellement.  Plutôt que de dire « mon 1er est un…, mon 2e est un… et mon tout est… », ils miment chaque syllabe. Ainsi, pour deviner « bride », Mr Rochester et Blanche Ingram miment un mariage. Saurez-vous comprendre ce que « bride » signifie ?

Puis ils se tiennent près d’une sorte de bassin pour faire comprendre « well ». Avez-vous compris ?

Enfin, le dernier tableau met en scène Mr Rochester, les mains menottées.

Que peut donc être « Bridewell » d’après vous ? Tic, tac, tic, tac… Bridewell était, vous l’aurez peut-être deviné, une prison. Quant à « bride », cela signifie « une mariée » (le masculin étant « bridegroom » ou « groom »). « A well » est un puits.

https://www.cliffsnotes.com/literature/j/jane-eyre/summary-and-analysis/chapters-1819

https://www.enotes.com/homework-help/jane-eyre-charades-scence-character-rochester-541379

https://www.londonlives.org/static/Bridewell.jsp

J’ai trouvé sur le site hobbylark.com des idées de charades à jouer : des films, des séries TV, des livres, des personnages célèbres, des comédies musicales… Vous y verrez des extraits de « Modern Family » et du « Ellen de Generes Show » où les invités jouent à Guessture, un jeu de mots entre « to guess » (= deviner) et « a gesture » (= un geste).

k. Le jeu du baccalauréat

Il s’agit de trouver un mot dans différentes catégories, pour chaque lettre de l’alphabet en initiale. Par exemple, si je cherche un fruit anglais commençant par la lettre A vous pouvez penser à « apple ».

l. Qui est-ce ?

Le jeu « Qui est-ce ? » se joue à 2. Vous disposez des mêmes éléments face à vous mais vous en sélectionner un particulier. Votre adversaire fait de même. Il s’agit de deviner celui qu’il a choisi en lui posant ce qu’on appelle des questions fermées, c’est-à-dire celles auxquelles on peut répondre par « yes » ou « no ». Par exemple :

Has he got glasses ?” (A-t-il des lunettes?)

Is he wearing a red t-shirt ?” (Porte-t-il un maillot rouge?)

m. Le jeu de l’oie – Mother Goose

Dans votre jeu de l’oie, vous pouvez inscrire des questions ouvertes ou fermées sur chaque case. Je vous rappelle qu’une question ouverte est une question qui amène une infinité de réponses. Si je vous demande « What’s your name ? », vous pouvez me répondre de bien des façons. On les appelle en anglais des « wh- questions » car toutes commencent par un pronom interrogatif dont les initiales sont wh-. Enfin, toutes ou presque puisque ça n’est pas le cas de « how ». En revanche, vous remarquerez que le W et le H sont bel et bien présents dans ce mot de 3 lettres. C’est juste que l’ordre est différent.

A l’inverse, dans une question fermée, ou « yes-no question », le choix est très limité. D’ailleurs, le nom anglais est clair : on y répond par oui ou non, éventuellement « je ne sais pas » ou « bof ».  L’idée est d’inscrire sur un jeu de l’oie vierge les questions auxquelles vous voulez répondre, qu’elles portent sur vous-même (votre identité, vos coordonnées, votre passé, vos goûts…) ou bien sur un texte à réviser ou un chapitre à retenir. Lorsqu’après avoir lancé le dé, vous tombez sur une case, il faut alors répondre à la question. Ou bien vous pouvez disposer une carte mémoire sur chaque case et chercher la bonne réponse à chaque fois que vous arrivez sur une case.

n. Vocabulary bingo

https://www.youtube.com/watch?v=7ThgQ6Ltn2U

Le bingo est le nom anglais du loto. Vous allez disposer de 2 jeux de cartes mémoire. Dans le 1er, vous piochez les cartes qui constitueront votre jeu. Dans le 2e, une main innocente tirera au hasard les cartes qu’il faut avoir si on veut gagner. Bien entendu, ça peut être l’occasion de revoir le vocabulaire, justement sélectionné parce qu’il résiste à la mémorisation.

6. Mission

Alors, avez-vous envie de jouer ? Y a-t-il un jeu en particulier que vous aimez ? Ou bien avez-vous pensé à d’autres que je n’ai pas encore évoqués ?

7. Annonce du prochain épisode

Lors du prochain épisode, nous reviendrons sur la petite pensée de la semaine dernière, « j’ai pas envie » et nous tâcherons de trouver une ou des solutions pour nous motiver. Le jeu peut-il vous aider ?

8. Salutations

N’hésitez pas à me contacter sur pour me dire ce que vous avez pensé de ces jeux pour apprendre l’anglais à plusieurs.

Faites-moi part de vos progrès et posez-moi les questions qui vous sont passées par la tête.

« See you next week ! Bye ! »