Vous êtes persuadée de ne pas avoir le temps d’étudier l’anglais malgré votre envie ? Voyons aujourd’hui comment trouver et exploiter votre temps au mieux.

bulles03

1. Introduction

Bonjour ! Vous êtes sur Anglaisance, épisode n° 4.

Aujourd’hui, nous allons parler de cette petite phrase, « je n’ai pas le temps ».



2. Remerciements

Mais avant de commencer, tous mes remerciements aux étudiants d’une classe entière qui, suite à un petit contrôle de leçon, me soutenaient qu’on pouvait traduire 263 aussi bien par two hundred and sixty-three que par two hundred sixty-three. Dubitative, hésitante, ne voulant pas modifier la langue anglaise ni pour leur faire plaisir, ni pour garder la face, j’ai donc vérifié pour le cours suivant. Or, quelle ne fut pas ma surprise de constater que,

  1. Oui, ils avaient parfaitement raison.
  2. Mais surtout que c’était une règle que je leur assénais à chaque début de cours.

Lorsqu’on donne la date en anglais britannique, on dira two thousand and seventeen pour 2017 tandis que les Américains, qui aiment simplifier, font l’économie du and (two thousand seventeen, donc). Par conséquent, je connaissais parfaitement cette règle ! Seulement, dans mon cerveau, elle était comme dans sa bulle, cloisonnée, et il ne m’était pas venu à l’idée que, dans un autre contexte, elle pouvait également s’appliquer. Alors merci à mes adorables étudiants de m’aider à prendre conscience que rien n’est jamais acquis et qu’on peut s’étonner soi-même tous les jours !

3. Rappel de l’épisode précédent

Dans l’épisode précédent, le numéro 3, je vous ai lancé un défi : rédiger un court dialogue, un script comme celui d’une actrice dans une situation réelle de votre vie où vous avez besoin ou envie de vous adresser à un étranger en anglais – commander un produit à un fournisseur anglophone, conseiller un client de passage dans votre boutique, gérer un problème d’un utilisateur… L’avez-vous fait ? Etes-vous satisfaite du résultat ?

Et, si ça n’est pas le cas, quelle raison avez-vous invoquée ? Ou bien, si vous souhaitez le formuler autrement, quelle excuse avez-vous utilisée ? Est-ce parce que c’était trop difficile, trop vague, trop long… ? Parce que vous n’êtes pas assez douée, ne connaissez aucun natif pour vous aider, n’avez pas le temps… ?

4. Objectif de l’épisode

Justement, aujourd’hui, notre objectif est de trouver le temps d’étudier l’anglais.

5. Problème

Commençons par examiner ce problème.

Raison officielle

  • Quand une personne apprend que je suis professeur d’anglais, elle me dit souvent qu’elle aimerait bien étudier cette langue. Je demande alors pourquoi elle ne le fait pas.
  • Or, la 1ère raison invoquée est le manque de temps.
  • On est débordé, on a trop de choses à faire…

Aujourd’hui, je vais vous proposer des actions, des outils, pour mieux gérer son temps. Cela ne nous empêchera pas d’explorer, très prochainement, ce qui se passe dans notre esprit quand on se dit qu’on n’a pas le temps…

6. La signification

Comment est-il possible de ne pas avoir le temps ?

Je vous propose 2 façons de voir le problème :

6.1. Tout d’abord à quoi occupe-t-on son temps ?

  • Vous trouverez un registre quotidien des activités à télécharger sur Anglaisance.com. Il s’agit tout simplement d’un tableau, comme un emploi du temps qui va de 1h du matin le lundi à minuit le dimanche. Il est découpé en heures ce qui signifie qu’il y a 168 cases pour les 168 heures qui constituent une semaine. C’est impressionnant vu comme ça, non ?
  • Je vous invite à vous créer une légende pour chacune de vos activités quotidiennes ou hebdomadaires (choisissez une couleur, une initiale ou un symbole pour chaque activité : par exemple bleu pour le sommeil, rouge pour le sport, ou bien la lettre R pour les repas, un drapeau pour l’anglais, un carré pour la TV…)
  • Ce serait bien d’y consacrer toute une semaine et d’essayer d’être la plus précise possible.

6.2. Combien de temps pensez-vous que ça va vous prendre d’étudier l’anglais ?

  • Un étudiant en difficulté me suggérait 2h par jour.
  • Ca me paraît une intention très louable.
  • Mais est-ce réaliste ? Peut-on consacrer 2h par jour, tous les jours, à ce qui nous intéresse ? Où trouver ces 2 heures ? Que vont-elles remplacer ?
  • Et puis s’agit-il de 2h d’affilée ou accumulées, constituées de demi-heures, voire de quarts d’heure par-ci par-là ? Ca change tout.
  • S’agit-il 2h de gavage où l’esprit papillonne ou 2h intensives où le cerveau explose ?
  • Enfin, est-ce utile de travailler autant ? Ne risque-t-on pas le dégoût ? Car si on est dégoûté, on arrête. Ce serait donc contreproductif.

7. Solution

Voici la solution que je vous propose à l’aide d’un outil indispensable : le minuteur. Il s’agit de la technique Pomodoro.

7.1. Pomodoro

7.1.1. Définition

  • Pomodoro signifie tomate en italien, tout simplement parce son inventeur, italien donc, utilisait un minuteur en forme de tomate.
  • Normalement, vous êtes censé régler votre minuteur sur 25 minutes pendant lesquelles vous vous concentrez, puis vous vous octroyez 5 minutes de pause pour boire une tasse de thé, caresser votre chat, papoter avec un ami, consulter vos courriels, etc.
  • La technique consiste à additionner 8 pomodori (figurez-vous que c’est le pluriel de pomodoro !) afin de rester concentrés 4h et de progresser dans son travail.

C’est donc une méthode assez intensive, mais très efficace.

Le but est de cumuler des instants où on apprend l’anglais intensément, de telle sorte qu’on puisse maintenir cette routine toute la vie.

A vous de tester, l’essentiel étant que ce soit réaliste donc, et réalisable, donc réalisé toute votre vie durant. Voilà pourquoi je vous propose surtout de vous focaliser sur un pomodoro pour commencer. Ou bien de l’adapter à votre style de vie, en réduisant la durée des périodes de concentration à ce qui vous paraît le plus réaliste – 1 minute ? 5 minutes ? 15 minutes ?

Voyons à présent quelques exemples d’utilisation du Pomodoro, qui n’ont rien à voir avec l’anglais, mais qui peuvent tout de même vous inspirer.

7.1.2. Exemples

7.1.2.1. Pour commencer, le ménage

Je fais le ménage fréquemment mais pour une très courte durée parce que ça me barbe. J’ai découvert le pouvoir du minuteur quand ma maison s’est agrandie et qu’il fallait bien que je m’organise pour la nettoyer. J’ai ainsi déniché le site de FlyLady, une Américaine donnant des astuces pour prendre soin de sa maison. J’ai surtout retenu celle-ci : lancer le minuteur et ne plus s’occuper de rien d’autre que d’accomplir l’objectif qu’on s’est fixé. Pour ma part, j’avais programmé 10 minutes parce que ça me paraissait tout à fait possible. Et à force d’accumuler les 10 minutes quotidiennes, ma maison était propre.

Quand nous avons déménagé, j’ai aussi utilisé cette technique pour trier et préparer nos cartons. L’intérêt est que, pendant ce temps-là, on ne se concentre sur rien d’autre. C’est la technique du slogan de Nike : just do it !

7.1.2.2. Deuxièmement, mes workouts ou séances de sport

Puisqu’on parle de sport avec Nike, j’en fais quasiment tous les matins parce que ça me permet de me sentir en pleine forme – mais il a d’abord fallu que je trouve la durée qui était la plus réaliste possible. En-deçà de 30 minutes, ça me paraissait inutile, comme si je ne pouvais pas en tirer de bénéfices. Au-delà, j’avais l’impression d’y passer trop de temps et de ne plus pouvoir faire autre chose. Dans un cas comme dans l’autre, je ne faisais pas de sport du tout. J’ai donc constitué des séances de sport de 30 minutes exactement à partir de vidéos sur YouTube (GymRa, JessicaSmithTV, Fitness Blender, PopSugarFitness, Blogilates, BeFit… Vous trouverez les liens dans les notes de cet épisode). A présent, quand je commence à faire ma séance du matin, je sais que 30 minutes plus tard, ce sera fini et que, bien que dégoulinante de sueur, je me sentirai merveilleusement bien. Je ne mets jamais sur pause, même quand je bois une gorgée d’eau, ce qui fait que je suis vraiment « débarrassée » au bout d’une demi-heure. Je ne triche pas avec cette demi-heure – elle n’est jamais à rallonge mais je l’exploite à fond. Inutile d’essayer de m’interrompre, sauf urgence pendant ce temps-là – je ne réponds pas !

Et puis pour vraiment me concentrer sur ce que je fais plutôt que sur le temps qui passe, je retourne les horloges et mets ma vidéo en plein écran, pour ne pas voir le temps défiler.

https://www.youtube.com/user/Gymra1

https://www.youtube.com/user/jessicasmithtv

https://www.youtube.com/user/FitnessBlender

https://www.youtube.com/user/popsugartvfit

https://www.youtube.com/user/blogilates

https://www.youtube.com/user/BeFit

7.1.2.3. Le chinois du CNED

Depuis l’année dernière, ma famille et moi-même apprenons le chinois mandarin par le CNED, c’est-à-dire le Centre National d’Enseignement à Distance.

  • Les cours sont très bien faits mais les séances (c’est-à-dire les différentes parties d’un chapitre, une séquence) sont de tailles inégales.
  • Ainsi, nous passions 15 minutes sur la séance 1 mais plus d’une heure sur la séance 8. C’était décourageant parce qu’on ne savait jamais quand on allait terminer.
  • Alors nous sommes passés à un Pomodoro : on travaille 30 minutes puis c’est fini.
  • Aujourd’hui nos séances de travail sont plus égales, et nous maîtrisons notre emploi du temps.
  • En effet, nous avons établi que le mercredi, samedi et dimanche, bien souvent de 14h à 14h30 nous étudions le chinois mandarin.

A présent, mettons en œuvre cette technique pour vous-mêmes.

7.2. Mise en œuvre

7.2.1. Durée

  • Votre durée peut n’être que de 5 minutes si c’est ce qu’il vous faut pour vous mettre au travail.
  • Cela peut ensuite évoluer : de 5 minutes vous allez progressivement passer à 25 minutes en ajoutant 5 minutes à chaque fois que vous vous sentirez prête. Enfin, vous pourrez additionner les pomodori les uns après les autres pour, éventuellement, finalement, travailler 4h d’affilée. Imaginez : 4h de travail hyper-concentrée !

7.2.2. Fréquence

Parlons fréquence à présent.

  • Je recommande vivement d’instaurer une routine – ça peut être utile d’ajouter un pomodoro après une habitude qui est déjà ancrée chez vous, comme se laver les dents ou rentrer chez vous le soir.
  • Plus c’est régulier, plus vous penserez à le faire : ça deviendra une habitude.
  • Plus c’est fréquent, moins vous vous poserez de questions : je le fais ou je ne le fais pas ?
  • Pour l’étude du chinois avec mon fiston, il fallait qu’on soit ensemble. Il a donc été facile de choisir les mercredi, samedi, dimanche, vacances et jours fériés.
  • A vous de voir ce qui vous conviendra le mieux.

7.2.3. Moment de la journée

Plus c’est dur, moins il faut devoir réfléchir.

  • D’ailleurs, le romancier Mark Twain préconisait de « manger une grenouille vivante le matin » « Eat a live frog every morning ». Ce qu’il appelait une grenouille était un travail difficile, qu’on redoute et qu’on risque de repousser indéfiniment juste parce qu’on n’a pas envie de le faire.
  • Par exemple : si je me lève et que je fais du sport aussitôt, c’est fait et je n’ai plus à me demander si je vais le faire ou pas tout au long de la journée (et la réponse est systématiquement non !). Je le fais au saut du lit, le but étant d’éviter de me poser trop de questions sinon je risque de me dire que ça n’est pas la peine, que je suis fatiguée, que je suis vraiment bien sous ma couette… Et si jamais je ne le fais pas, je passe la journée à regretter, à m’en vouloir. Tandis que quand j’en fais, ça me réveille ! Je me rappelle donc les avantages de le faire dès le lever et ça marche.
  • La maison est plus calme, c’est mon moment à moi.
  • Par ailleurs, je suis alors très fière de moi pour toute la journée – c’est un bonus !
  • Pensez-vous que vous pourriez vous réveiller 25 à 30 minutes plus tôt et étudier à ce moment-là ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
  • A vous d’expérimenter et de trouver le bon moment, celui qui fait que vous le ferez, quoi qu’il arrive.

7.2.4. Contenu

Et que pouvez-vous faire durant un Pomodoro ?

  • C’est le moment de vous pencher sur le script – la mission que je vous ai confiée dans l’épisode précédent !
  • Vous pouvez aussi consulter la liste des ressources en anglais, téléchargeable sur le site anglaisance.com.
  • Par exemple, écouter 6 minute English news sur la BBC.
  • Ou bien revoir les derniers mots de vocabulaire que vous ayez appris.
  • Faire un exercice de grammaire dans votre manuel.
  • Envoyer un message sur twitter en anglais à un anglophone de votre connaissance.
  • Travailler sur votre point fort pour progresser encore plus.
  • Ou bien sur votre point faible pour vous encourager.
  • Vous pouvez également décider de consacrer chaque jour de la semaine à un thème particulier (le lundi le vocabulaire, le mardi la prononciation, le mercredi la grammaire, le jeudi la compréhension écrite, le vendredi l’expression orale…). A vous de vous constituer votre programme !

8. Avantages de la solution

Comme vous l’avez compris, cette méthode offre plusieurs avantages :

  • Nous gérons notre temps, en réservant une certaine durée pour une activité et en étant libre, débarrassée, après coup.
  • Ne pas regarder le minuteur, ne pas voir le temps passer, ne pas y penser libère l’esprit et on peut pleinement se consacrer à ce qu’on fait.
  • Par conséquent, on avance, on fait ce qu’on ne faisait pas avant.
  • Comme me le disait mon étudiante Rachel, ça peut aussi nous donner l’impulsion de poursuivre ce qu’on n’arrivait pas à commencer – par exemple, on peut programmer 5 minutes pour commencer et voir comment on se sent au bout de 5 minutes : on aura peut-être envie de poursuivre au lieu d’arrêter.

Par contre, il faut bien s’arrêter au bout de 5 minutes si on n’a vraiment plus envie. Ne pas se forcer ! Sinon, ce sera contreproductif la prochaine fois. On se dira que la fois précédente, on a travaillé davantage que prévu, donc qu’aujourd’hui on a droit à moins et à force, on ne s’y mettra plus du tout. On finira par abandonner.

Bien sûr, le temps limité en une séance bien précise n’est pas sans vous rappeler les évaluations scolaires : vous avez un certain résultat à atteindre en un temps donné et pas moyen de faire autrement – il faut tout faire et vous n’aurez pas une minute de plus.

Ou bien, et c’est peut-être plus agréable, cela peut vous rappeler les films d’action où le héros doit accomplir un résultat dans un temps donné. Plus le temps est court, plus le héros doit déployer des trésors d’imagination pour sauver la princesse, retrouver le trésor, mettre le méchant hors d’état de nuire, etc. Imaginez : vous êtes l’héroïne et votre temps vous est compté pour atteindre la récompense, à savoir la maîtrise de l’anglais. A quelle héroïne voulez-vous ressembler ?

9. Mission

Voici maintenant votre mission :

  1. Etablissez votre durée de pomodoro idéale et réaliste – 5 minutes ? 30 minutes ?
  2. S’agira-t-il d’un seul pomodoro à la fois ou bien de plusieurs qui s’enchaînent ?
  3. En ce qui concerne la fréquence – je vous recommande le quotidien. Un petit peu tous les jours est la meilleure façon de progresser, sans même s’en rendre compte, ou du moins sans douleur.
  4. Choisissez le moment de la journée – le matin dès le réveil pour être fière de ce que vous avez accompli toute la journée ? le midi lors de la pause pour vous changer les idées ? le soir avant le coucher pour laisser la mémoire travailler durant la nuit ?
  5. Programmez la ou les activités que vous effectuerez durant ce pomodoro systématiquement la veille.

Enfin, n’hésitez pas à envoyer vos expériences de pomodoro à l’adresse .

10. Prochain épisode

La semaine prochaine, nous poursuivrons l’étude de cette petite phrase, « je n’ai pas le temps », mais sous un angle totalement différent. Bon courage d’ici là et amusez-vous bien ! See you soon !


Documents téléchargeables :